L'incontournable du football africain

CAN 2023 – Main non sifflée dans la surface en faveur de l’Algérie , Belmadi proteste

[rt_reading_time label="Lecture :" postfix="min" postfix_singular="min"]
[rt_reading_time label="Lecture :" postfix="min" postfix_singular="min"]

Pendant le match Algérie – Burkina Faso à la CAN 2023, des faits de jeu ont marqué plus d’un. Parmi eux, le pénalty non sifflé pour l’Algérie. En fin de rencontre, Djamel Belmadi l’a évoqué face à la presse. 

Les Fennecs d’Algérie ont battu des pieds et des mains pour arriver à obtenir un point face au Burkina Faso. Un résultat qui ne reflète pas totalement tout ce qui s’est passé dans ce match. Malgré la VAR, l’arbitrage a fait défaut. Les Algériens ont concédé un penalty, mais ils en méritent aussi. C’est ce que souligne Djamel Belmadi en conférence de presse. 



« Je tiens à signaler une chose sur l’arbitrage, il semble qu’une main dans la surface en notre faveur n’a pas été signalée. Ça a son importance dans un match comme ça. J’espère que le message sera entendu », a lancé le sélectionneur de l’Algérie aux hommes des médias. De quoi alerter les autorités compétentes en charge de la compétition. 

Pour référence, l’action s’est produite en fin de rencontre. Sur une offensive algérienne sur le flanc droit, Adam Ounas tente de poser le ballon dans la surface de réparation. Mais au rebond, le cuir touche la main du défenseur Steeve Yago qui était venu au marquage. Malgré la volonté des Algériens pour attirer l’attention de l’arbitre Abongile Tom, rien. Même la VAR, qui est censée faire appel, n’a pas bronché et tout

Que disent les textes au sujet de la vérification et de l’analyse vidéo ?

Les textes sont pourtant bien édités par le Conseil international du football association (IFAB). « L’arbitre assistant vidéo « vérifie » automatiquement les images lors de chaque décision relative à un but, penalty ou carton rouge direct (avéré ou potentiel) ou en cas d’identité erronée, utilisant différents angles et différentes vitesses de diffusion. En règle générale, le ralenti sera utilisé pour des faits tels que l’emplacement d’une infraction/d’un joueur, le point de contact pour les infractions physiques ou les fautes de main, les situations où le ballon est hors du jeu (y compris but/pas but) ; tandis que la vitesse réelle sera utilisée pour mesurer l’intensité d’une infraction ou décider si une main doit être sanctionnée », renseigne la section vérification du protocole d’assistance vidéo à l’arbitrage.

En ce qui concerne l’analyse, il remet clairement en cause tout le corps arbitral du match Algérie – Burkina Faso sur l’action susmentionnée. « L’arbitre peut initier une analyse pour déterminer si une « erreur manifeste » ou un « incident grave manqué » est survenu lorsque : l’arbitre assistant vidéo (ou un autre officiel de match) recommande une analyse, l’arbitre suspecte qu’un incident grave a échappé à sa vigilance », lit-on. Chacun appréciera.


les dernières actualités

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

         

Accueil

         

Chrono

           

Score

            

TV