L'incontournable du football africain
L'incontournable du football africain

Arbitrage – Coupe de la Confédération : Atcho, dénoncé par la FAF, la CAF le remet pour l’USMA

[rt_reading_time label="Lecture :" postfix="min" postfix_singular="min"]
[rt_reading_time label="Lecture :" postfix="min" postfix_singular="min"]

Que va faire la Fédération algérienne de football après la désignation de l’arbitre Gabonais Pierre-Ghislain Atcho à la VAR pour le match-aller des demi-finales de la Coupe de la Confédération entre l’USM Alger et la RS Berkane ?   

Le 20 janvier dernier, en pleine CAN en Côte d’Ivoire et avant le déroulement du troisième match contre la Mauritanie, la Fédération algérienne de football (FAF) avait introduit une réclamation, signée par son secrétaire général, auprès de la Confédération africaine de football (CAF) au sujet des fautes arbitrales commises lors de la rencontre Burkina Faso – Algérie (2 à 2) et de la désignation pour la seconde fois consécutive de l’arbitre Gabonais Pierre-Ghislain Atcho à la VAR.

Il faut souligner que cette réclamation est venue en retard car le secrétaire général de la FAF, Nadir Bouzenad, a failli en premier à sa mission. En effet, en recevant la liste des officiels de la rencontre Burkina Faso – Algérie, il aurait dû se rendre compte que Pierre-Ghislain Atcho a été désigné pour la seconde fois à la VAR, après le match de l’Angola, comptant pour la 1ère journée du groupe D de la CAN 2023. Il en est de même pour l’administrateur de la sélection qui n’a vu que du vent, alors qu’il était détenteur des listes des arbitres.

Ni la réclamation de la FAF, ni les déclarations de son président, Walid Sadi, n’ont fait réagir la CAF. Il a fallu donc attendre le coup de gueule de la Fédération sénégalaise de football, à l’issue de son élimination en huitièmes de finale face à la Côte d’Ivoire, entachée de plusieurs irrégularités, pour que l’arbitre Gabonais soit retiré du circuit. Il ne réapparaitra plus durant le restant des matchs de la CAN.

Mais voilà, que par enchantement, il est remis sur scelle pour officier dans la même loge du VAR la demi-finale aller de la Coupe de la Confédération entre l’USM Alger et la formation Marocaine de la Renaissance Sportive de Berkane, club cher au Président de la Fédération Royale Marocaine de football (FRMF).  

La direction de l’USM Alger compte monter au créneau et contester cette désignation, en espérant être appuyée dans sa requête par la Fédération algérienne de football. Cette dernière engagera-t-elle un bras de fer avec l’instance continentale, sachant que les relations entre les deux entités ne sont pas au beau fixe depuis un bon moment ?

Le ton et la teneur du dernier communiqué de la CAF sur la défection de la VAR lors du match-retour entre l’USM Alger et le club Nigérian de Rivers United, illustrent on ne peut mieux les relations froides et tendues en même temps entre les deux parties, notamment après le feuilleton CAF – Mediapro – FAF de l’année dernière et la décision de retrait, par la FAF, des candidatures d’organisation des CAN 2025 et 2027 en septembre 2023 dès la venue du président Walid Sadi.

Pour la petite histoire, ce dernier n’a toujours pas été reçu ni rencontré officiellement le patron de la CAF, Patrice Motsepe depuis son élection, lui dont les soutiens présentaient il n’y a pas si longtemps comme étant bien introduit au niveau des instances de la CAF et champion de la diplomatie sportive !

En tous les cas, la désignation de l’arbitre Atcho va démontrer si Sadi a vraiment le poids nécessaire pour défendre les intérêts du football algérien dans un duel à distance avec le Marocain Fouzi Lekjaâ qui s’annonce ‘’électrique’’.

les dernières actualités

ARTICLES SIMILAIRES

         

Accueil

         

Chrono

           

Score

            

TV