L'incontournable du football africain

Afrique du Sud : La SAFA perquisitionnée, des documents importants emportés !

[rt_reading_time label="Lecture :" postfix="min" postfix_singular="min"]
[rt_reading_time label="Lecture :" postfix="min" postfix_singular="min"]

Ce vendredi 8 mars 2024, la Fédération Sud-africaine de Football (SAFA) a reçu dans ses locaux, des enquêteurs de la Serious Commercial Crime Investigation (Hawks). Pour des faits remontants entre 2014 et 2018 et mettant en cause le président de la fédé, Dr Danny Jordaan, des documents importants ont été saisis.

C’est l’information du jour en Afrique du Sud. Les locaux de la SAFA ont été au cœur d’une fouille des agents de la Hawks. Avec un mandat de perquisition, ils ont enquêté sur des faits d’allégations de fraude et de vol contre le président, Danny Jordaan et qui remonte en 2014. Des documents précieux de la structure ont été saisis.

Rappel des faits !

Dans la période de 2014 à 2018, le président, le Dr Danny Jordaan aurait utilisé des ressources de l’organisation à des fins personnelles. Ce qui s’explique par une embauche d’une société de sécurité privée pour sa protection personnelle et une société de relations publiques. Tout ceci, sans l’autorisation du conseil d’administration de la SAFA. Ce qui a abouti à une enquête pour savoir comment les fonds de la fédé ont utilisés pendant cette période, puisqu’il est accusé de vol et de fraude.

Découvrez ci-dessous, le communiqué bien détaillé de la Serious Commercial Crime Investigation (Hawks).

“La Serious Commercial Crime Investigation a exécuté des mandats de saisie et de perquisition ce matin, le 8 mars 2024, dans les bureaux de la Fédération sud-africaine de football”, confirme le communiqué du SAPS.

« Les mandats ont été favorisés par des allégations de fraude et de vol s’élevant à 1,3 million de rands.

« Les allégations sont qu’entre 2014 et 2018, le président de la SAFA a utilisé les ressources de l’organisation à son profit personnel, notamment en embauchant une société de sécurité privée pour sa protection personnelle, une société de relations publiques, sans l’autorisation du conseil d’administration de la SAFA.

« Le président aurait également violé les statuts de la SAFA, préjudiciant ainsi à la SAFA une perte réelle de 1,3 million de rands.

“Lors de la perquisition, un ordinateur portable, des disques durs externes, une clé USB et des documents ont été saisis”, peut-on lire.


les dernières actualités

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

         

Accueil

         

Chrono

           

Score

            

TV