CAN 2023 : Cités CAN l’enfant mal aimé des délégations

Lecture : 2 min
Lecture : 2 min

Les Cités CAN font l’objet de polémiques ces dernières semaines à un peu plus d’un mois du coup d’envoi de la CAN 2023. Plusieurs pays ont affiché leur opposition à loger dans ces installations construites pour l’occasion. Malgré toutes les commodités qu’elles offrent, les Cités CAN sont devenues en quelque sorte « l’enfant mal aimé » des délégations.

Des cinq villes retenues pour l’organisation de la CAN 2023, trois sont dotées chacune d’une Cité CAN. Des installations modernes construites dans les normes, validées par la Confédération Africaine de Football. Elles présentent les commodités requises pour être le lieu de logement des délégations de plusieurs équipes qualifiées pour la compétition. Sauf que plusieurs pays ont décidé d’y renoncer.

d’Abord l’Algérie, puis le Maroc, la Guinée, le Mali et tout récemment le Burkina Faso. Ce sont en tout cinq pays qui ont officiellement annoncé leur désir de ne pas ériger quartier dans les Cités CAN, pourtant même plus luxueuses que certains hôtels de haut standing des autres villes. Mais à y voir de près, la décision de ce « G5 » n’a rien avoir avec la qualité des infrastructures d’accueil mais beaucoup plus liée à des convenances personnelles.

Une cohabitation entre adversaires qui pose problème

Les Cités CAN ont cette particularité d’offrir à des équipes, adversaires d’un même groupe, la possibilité de partager des installations communes. Pour certains, cette cohabitation pose un réel problème de confiance et de concentration. C’est en tout cas ce qu’un dirigeant de la Fédération Burkinabè de Football a clairement signifié. « Ce n’est pas une histoire de qualité des chambres. A ce niveau, elles sont top », a-t-il réagi avant de faire une mise au point.

« Mais on ne veut pas cohabiter dans un même environnement immédiat avec nos adversaires. Voici le réel problème. On veut être dans notre bulle, sans être en contact quotidien avec nos adversaires », a-t-il poursuivi. Un argument identique à celui d’un certain Walid Regragui, le sélectionneur des Lions de l’Atlas du Maroc. Autant dire qu’il n’y a pas de place à la confiance entre amis quand on se retrouve dans une bataille. La CAN 2023 s’annonce bien âpre en Côte d’Ivoire.

Source : Africafootunited.com

les dernières actualités

ARTICLES SIMILAIRES