L'incontournable du football africain
L'incontournable du football africain

Algérie – Equipe Nationale : Tout savoir sur Vladimir Petkovic sélectionneur des Fennecs

[rt_reading_time label="Lecture :" postfix="min" postfix_singular="min"]
[rt_reading_time label="Lecture :" postfix="min" postfix_singular="min"]

Algérie Foot : Le jeudi 29 février 2024, une page s’est définitivement tournée au pays du champion d’Afrique 2019. La Fédération Algérienne de Football officialisait l’arrivée du technicien bosniaque Vladimir Petkovic à la tête de sa sélection nationale en remplacement de Djamel Belmadi, qui aura passé 6 années ponctuées par les hauts et de bas. Africafootunited revient sur le parcours de celui qui a succédé au « ministre du bonheur ».

Croate d’origine, mais né en pleine guerre froide dans les contrées de la Bosnie-Herzégovine (15 Août 1963), Vladimir Petkovic a d’abord connu une carrière de footballeur avant de devenir entraîneur. Loin du rêve de ses parents (père directeur de jardin d’enfants et mère enseignante) de le voir embrasser le monde de l’éducation à leur image, pour en faire sa vie professionnelle.

Parcours de footballeur de Petkovic

Comme bons nombre d’enfants aux parents instituteurs, Vladimir Petkoviç a beaucoup endossé le costume de nomade. Ceci à chaque affectation d’un membre de sa famille. Mais son histoire avec le football démarrera officiellement en 1974 alors qu’il n’est âgé que de 11 ans. Le jeune Croato-Bosniaque passera quatre années à jouer dans la rue avant d’intégrer à 15 ans l’une des équipes de jeune du FK Sarajevo. Vladimir Petkovic réussit à gravir les échelons jusqu’à passer pro dans cette même formation du FK Sarajevo. Malheureusement, il sera barré par la concurrence à son poste de milieu de terrain, jouant très peu et prêté dans la foulée 2 fois. Premièrement au FK Rudar, puis deuxièmement dans l’équipe de D2 slovène de NK Koper avec qui il connait une relégation en division inférieure au terme de la saison 1985-1986. La suite de sa carrière, c’est entre autres des piges à bâtons-rompus sans grand éblouissement au FC Coire 97 (1987-1988), au FC Sion en 1988-1989 (club avec lequel il termine 3è du championnat de D1 suisse faisant seulement 6 petites apparitions). Ensuite c’est le FC Martigny Sports, puis de nouveau le FC Coire 97, avant de rebondir à l’AC Bellinzone en 1993 où il passera trois ans. Son périple s’arrêtera finalement au SC Buosch après un rôle de joueur-entraîneur à l’AC Bellinzone en 1998. Choix qui influencera complètement la suite de sa vie.

Carrière d’entraîneur de Petkovic

Si Vladimir Petkovic n’a pas connu un long fleuve tranquille en tant que joueur, son changement de position l’ayant vu se déchausser et quitter le rectangle vert pour la place de patron d’encadrement technique s’est révélé toute autre (dans une moindre mesure). De l’AC Bellinzone en 1998, il rejoindra l’année suivante le MC Malcanto qu’il réussira à faire passer de la 2ème à la 1ère division suisse. En 2005, il quitte ce club qui entre temps est devenu FC Lugano pour une maison qu’il connait bien, l’AC Bellinzone. Avec cette dernière, il se qualifie en finale de la coupe nationale qu’il perd 4-1 contre le FC Bâle, mais réussit le pari de hisser le club jusqu’en division d’élite. En 2008, il signe aux Young Boys de Bernes avec lequel il termine vice-champion de Suisse. Il y reste deux années supplémentaires avant de se faire licencier le 7 Mai 2011 pour avoir terminé 3ème du championnat alors que l’objectif à lui assigné était la 1ère place.

Premières expériences hors des frontières suisses

Samunspor accueille Vladimir Petkovic en 2011. Mais l’aventure entre le club turc et le technicien bosniaque tourne court en raison de mauvais résultats. Il démissionne en janvier 2012 pour rallier la Lazio Rome. Sa deuxième expérience internationale du côté de l’Italie se conclut par une réussite plus ou moins acceptable. Lors de sa première saison, il termine 7e de Serie A et remporte la Coupe d’Italie contre l’AS Roma, avec comme cerise sur le gâteau une place de 1/4 de finaliste en Europa League la même année. Moments inoubliables pour Vladimir Petkovic.

La Suisse, summum de sa carrière

Plébiscité sélectionneur de la Nati (équipe nationale de Suisse) en 2014, l’entraineur surnommé « Vlado » ou encore « Docteur » décroche avec brio la qualification à l’Euro 2016 pour sa formation. Enchaînant une nouvelle performance qu’est de conduire la Suisse au mondial en Russie où il échoue en huitièmes de finale après une phase des éliminatoires impressionnantes (9 victoires, 1 défaite) avec à la clé une victoire en match de barrage contre l’Irlande. L’apothéose de tout ce parcours avec la Nati est sa victoire contre l’équipe de France (vice-championne d’Europe de l’édition jouée en 2016) aux tirs au but lors des 1/8 de finale de l’Euro 2020. Après 7 longues années passées dans ce pays où il obtient finalement la nationalité, Vladimir Petkovic rejoint Bordeaux en France pour une aventure qui tourne malheureusement court. Confirmation ratée pour le Croato-Bosno-Suisse.

L’Algérie pour retrouver le toit de l’Afrique

La première expérience africaine de Vladimir Petkovic a lieu au pays des Fennecs. Débarqué en février 2024 avec beaucoup d’espoir/attentes placées en lui, le « docteur » jusque-là peine à trouver ses repères dans un pays aux supporteurs exigeants. En quatre matchs, le nouveau patron de l’encadrement technique du champion d’Afrique 2019 totalise un bilan plus ou moins encourageant mais insuffisant pour la presse sportive qui en veut plus. 2 victoires, 1 nul et 1 défaite respectivement contre la Bolivie (3-2), l’Ouganda (2-1), l’Afrique du Sud (3-3) et la mauvaise note contre la Guinée (1-2).

les dernières actualités

ARTICLES SIMILAIRES

         

Accueil

         

Chrono

           

Score

            

TV