CAN 2025/2027 : l’Algérie toujours dans la course ?

Lecture : 2 min
Lecture : 2 min

La Confédération Africaine de Football (CAF) se prépare à bientôt révéler les deux pays hôtes des prochaines éditions de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en 2025 et 2027. Toutefois, à la lumière des récents développements au sein de la Fédération Algérienne de Football (FAF), l’Algérie est-elle toujours dans la course ?

L’Algérie s’est distinguée ces trois dernières années par d’importants investissements dans ses infrastructures sportives. De la création d’un complexe sportif complet à Oran à la construction de plusieurs stades aux normes internationales, tels que Baraki, Douera (actuellement en cours), et le récemment achevé Tizi-Ouzou, le pays a montré un engagement indéniable envers le développement du sport. Toutefois, ces améliorations sont-elles suffisantes pour accueillir des événements d’envergure internationale ou continentale ?

En effet, l’Algérie se trouve actuellement en compétition acharnée pour l’organisation des deux prochaines éditions de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), prévues en 2025 et 2027. Ses principaux rivaux dans cette quête sont le Maroc et le Sénégal, deux nations africaines avec des dossiers de candidature solides. Bien que les résultats officiels ne soient pas encore annoncés et devraient être dévoilés au cours du mois de septembre, des sources bien informées au sein de la CAF laissent entendre que les dés sont déjà jetés.

Selon ces mêmes sources, la CAN 2025 serait attribuée au Maroc tandis que le Sénégal décrocherait l’organisation de l’édition 2027. Cette compétition intense pour l’accueil de ces événements prestigieux soulève des questions importantes sur la position de l’Algérie dans cette course et les facteurs qui peuvent influencer le choix final.

L’Algérie, la seule responsable

L’Algérie avait déjà commencé cette compétition serrée avec un désavantage évident, en raison de son influence relativement limitée au sein de la Confédération Africaine de Football (CAF), comparée à ses deux concurrents, le Maroc et le Sénégal. De plus, l’instabilité persistante au sein de la Fédération Algérienne de Football (FAF) constitue un facteur défavorable. Cependant, les événements récents survenus au Centre Technique National (CTN) de Sidi Moussa viennent s’ajouter à cette liste de défis.

Même si l’Algérie avait potentiellement les capacités nécessaires pour être candidate à l’organisation de l’une de ces éditions, ce dernier problème à Sidi Moussa pourrait être utilisé comme un alibi pour remettre en question sa candidature.

En tant que postulante à l’organisation de la CAN en 2025 et 2027, l’Algérie est tenue de maintenir des normes élevées en ce qui concerne ses infrastructures sportives et son aptitude à organiser des événements majeurs. Cependant, les récents soucis concernant la pelouse du Centre Technique National (CTN) de Sidi Moussa ont jeté une lumière peu flatteuse sur l’état actuel des installations sportives en Algérie. Ces problèmes pourraient avoir un impact non seulement sur la préparation de l’équipe d’Algérie pour les compétitions à venir, mais aussi ternir la réputation du pays en tant que possible hôte de la CAN.

les dernières actualités

ARTICLES SIMILAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *