CAN 1992 : des penaltys à n’en plus finir

Lecture : < 1 min
Lecture : < 1 min

Le niveau grimpant, la CAN commence naturellement à devenir une compétition très difficile à gagner. Une éternelle séance de tirs aux buts à l’issue de laquelle la Côte d’Ivoire écrira son histoire.

Un mental d’acier

Au Sénégal, personne ne l’attendait mais c’est elle qui traversera la ligne la première. Son mental en acier, déjouant tous les pronostics, la sélection Ivoirienne ira jusqu’au bout de la course, se payant même le luxe d’humilier l’Algérie, champion d’Afrique en titre (3-0) et d’éliminer le Cameroun en demies, quart-de- finaliste du Mondial 90.

Dans une rencontre fermée où les Camerounais partent favoris, Emmanuel Kundé manquera un coup de pied de surface au cours de la rencontre et Alain Gouaméné fera le reste durant la fatidique épreuve des penaltys. Victoire des Éléphants sur les Lions Indomptables (0-0, 3-1 aux t-a-b). Le déclic :

« Il y avait une tension extrême : dans leur vestiaire, dans le couloir menant à la pelouse, les Camerounais chantaient très fort mais nous étions remontés comme jamais », narrait le natif de Gagnoa à Alexis Billebault de Jeune Afrique en 2019 :

« Un déclic pour nous, le score reste à 0-0, on va aux tirs au but et je repousse ceux de Makanaky, Omam Biyik et de Joseph-Antoine Bell, un gardien que j’admire. »

24 tirs chrono

Après avoir sorti le Cameroun, la Côte d’Ivoire se heurtera au Ghana. Un autre géant du continent qui se fracassera sur son insubmersible portier.

Même blessé, porté par une ceinture lombaire, « à 60 % de ses capacités », le Pachyderme se montrera intraitable sur sa ligne. Interminable finale qui après 120 minutes et 24 penaltys, s’achèvera sur le premier succès Ivoirien en Coupe d’Afrique des Nations (0-0, 11-10 aux t-a-b). Gouaméné repoussera la tentative qui sacrera les siens…

les dernières actualités

ARTICLES SIMILAIRES