Hazem Emam

Hazem Emam s’insurge contre le limogeage de Jaime Pacheco

Publié le : / Par

Le limogeage de Jaime Pacheco de la tête du Zamalek a suscité de nombreuses réactions mécontentes dans le rang des fans du club. Ancien joueur du club cairote, Hazem Emam a accordé une interview à OnTime Sport TV. Il y livre sa position sur le remplacement de Pacheco qu’il qualifie de « décision précipitée ».

Le Zamalek a surpris plus d’un en annonçant dans la soirée d’hier, le licenciement de Jaime Pacheco, remplacé dans la foulée par Patrice Carteron, ancien entraîneur des Chevalier Blancs. La nouvelle a suscité des réactions pour la plupart désagréables chez les amoureux du club cairote. Quelques- uns n’ont pas hésité à afficher leur frustration sur les réseaux sociaux.

Hazem Emam, ancien joueur du Zamalek entre 1993-1996 et 2001-2008, suit toujours l’actualité du club cairote. Choqué par le licenciement du technicien portugais, l’ex-international égyptien s’est exprimé sur la décision de l’administration du Zamalek. Invité par OnTime Sport TV, il s’est prononcé sur le sujet.

Livrant le fond de sa pensée, Hazem Emam estime que le Zamalek, loin d’avoir une crise technique, a plutôt des problèmes de discipline, qui ne sont pas du ressort de l’entraîneur. « Zamalek n’a pas beaucoup de problèmes techniques. Ils ont une très bonne équipe. Zamalek a les meilleurs chiffres dans tous ses matches, que ce soit localement ou sur le plan continental. Il n’y a pas de problème technique, mais plutôt un problème de discipline, et ce n’est pas le problème de l’entraîneur », a-t-il commencé.

Il poursuit en soulignant le caractère calme et passif de Jaime Pacheco. Si cela a favorisé certains mauvais résultats et quelques écarts, la solution idéale pour Hazem Emam, n’était pas le licenciement. « Peut-être que certaines choses se sont produites, mais ce n’est pas la faute à 100% de Pacheco. Peut-être que Pacheco n’a pas un caractère fort. Dans ce cas, vous devez lui attribuer une personne dotée d’une forte personnalité lorsqu’il s’agit de questions administratives », a-t-il tempéré avant de poursuivre.

« Oui, peut-être que ses remplacements sont erronés et je le tiens responsable de nombreux joueurs à cause de leurs plaintes de ne pas participer. Mais Zamalek n’est pas en désastre pour le remplacer. Oui, Al Ahly sera leader de trois points s’il gagne. C’est normal dans la compétition historique entre eux, du moins ce n’est pas une différence de 20 points comme la saison dernière, par exemple », a-t-il soutenu.

Pour finir, Emam qualifie le limogeage de Pacheco de décision précipitée. « Nous devrions parler de la possibilité de changer le staff technique après la réunion de l’Espérance, si Zamalek perd. Mais je crois qu’ils sont capables de battre l’Espérance. La décision est très, très précipitée et il n’y a pas besoin de cette précipitation, d’autant plus qu’après avoir affronté l’Espérance, il y a une pause due à la trêve internationale », a-t-il conclu.