Mostafa Mohamed

Turquie: La direction de Galatasaray furieuse après l’expulsion de Mostafa Mohamed

Publié le : / Par

A la surprise générale, Galatasaray s’est incliné 2-1 face à Ankaragücü lors de la 28è journée de la Süper Lig. Les Cimbom ont évolué à 10 durant plus d’une demi-heure, sans Mostafa Mohamed, expulsé.

Après la rencontre, les dirigeants du club stambouliote ont laissé exploser leur colère contre les décisions arbitrales et l’expulsion de l’attaquant égyptien notamment.

Mostafa Mohamed a reçu hier son premier carton rouge sous les couleurs de Galatasaray. Le Pharaon a été expulsé à la 57è minute de jeu pour un coup de coude porté sur un adversaire alors qu’il protégeait le ballon. Après sa sortie du rectangle vert, Galatasaray, mené 2-0, n’a pas pu refaire son retard.

Les Cimbom qui ont réduit l’écart dans les arrêts de jeu, se sont inclinés 2-1 au coup de sifflet final du juge central. Ils enregistrent ainsi leur première défaite en championnat depuis le 17 janvier, mettant fin à leur série de 9 victoires consécutives. Au sortir de la rencontre, Fatih Terim, l’entraîneur de Galatasaray et Abdurrahim Albayrak vice-président du club stambouliote ont exprimé leur mécontentement. Les coups de gueule des deux dirigeants ont été rapportés par KingFut.

« L’arbitre a pris des décisions scandaleuses aujourd’hui contre nous, en particulier le carton rouge pour Mostafa Mohamed. Le joueur de l’opposition est entré dans le coude de Mostafa. L’arbitre n’a pas vu l’agressivité à laquelle nous avons été soumis contre Alanyaspor », a déclaré le technicien turc, dépité.

Exaspéré, le vice-président du club stambouliote a lui aussi pointé l’arbitrage et crié à l’injustice. « Tout le monde a regardé ce qui s’est passé et a été stupéfait. Où était la VAR? Est-ce ainsi qu’ils veulent arrêter Mostafa Mohamed ? Nous voulons la justice. Tu dois arrêter. Regardez l’incident du carton rouge encore et encore, réussirez-vous à dormir la nuit ? », a-t-il déclaré. Il faut être sûr que ce sujet n’a pas encore cessé de faire polémique.Mostafa Mohamed,