Tunisie : Le torchon brûle toujours entre la FTF et le CSC

Tunisie : Le torchon brûle toujours entre la FTF et le CSC

Publié le : / Par

La Fédération tunisienne de football (FTF) a de nouveau joint le Croissant Sportif de la Chebba au sujet de son inscription, en vue de la prochaine saison de Ligue 1 professionnelle en Tunisie. Dans sa note transmise au club tunisien, l’instance faîtière donne un ultimatum au CSC en ce qui concerne le paiement des amendes à lui infligées. Celles-ci, chiffrées à 203 mille dinars au total, doivent être réglées avant le 16 octobre 2020 à 12h00 et restent la seule condition pour que le club chebbien puisse participer au championnat la saison prochaine. Le document renseigne également que la FTF n’est pas prête à accepter un paiement échelonné desdites amendes. 

Le Croissant sportif de la Chebba est bien dans le gouffre. Le club dirigé jusque-là par Taoufik Mkacher n’est pas près de bénéficier d’une indulgence de la part de la FTF. L’instance tunisienne de football est revenue à la charge au sujet des sanctions infligées audit club. 

En effet, le CSC est puni après avoir intenté un recours devant les tribunaux civils. Cette sanction, selon la commission de discipline de la FTF, est une application de l’article 52 du code disciplinaire. Elle est traduite par les suspensions du président Taoufik Mkacher et de son secrétaire général de toutes activités sportives pendant deux ans.

Suite à leurs déclarations jugées « outrageantes » envers les structures sportives et leurs officiels, les deux hommes avaient été convoqués en août à comparaître respectivement devant la commission de discipline de la FTF et le bureau de la Ligue nationale de football professionnel (LNFP). Ajoutés à cela, la formation de la Chebba s’est également vue retirer six points au classement général et devra payer une amende de 40 mille dinars, sans oublier que des amendes de 180 mille dinars avaient été infligées au même club par la LNFP, pour des publications sur Facebook. Les autorités en charge du football tunisien ont estimé que ces posts affectent la réputation des institutions et de leurs dirigeants.

Pour rappel, le président Mkacher et son vice-président Saber Bouatay avaient déclaré de se retirer pour le bien du club. Mais avec cette nouvelle correspondance de la FTF, une démission des deux dirigeants n’allège en rien les sanctions disciplinaires à l’encontre du CS Chebba.