B9J8uugT6eHOiU8jYldI Togo: douze ans déjà, 13 togolais ont péri dans le crash de Lungi

Togo: douze ans déjà, 13 togolais ont péri dans le crash de Lungi

Publié le : / Par

Cela fait exactement 12 ans qu’une délégation togolaise composée essentiellement du staff des Éperviers a été victime d’un accident d’hélicoptère à l’aéroport de Lungi dans la banlieue de Freetown après la victoire des Éperviers 0-1 face à la Serria Leone dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2008. Depuis lors, les circonstances de cette tragédie demeurent toujours floues. La situation devient insupportable pour les familles des victimes qui ont décidé enfin de se faire entendre.

Réunies au sein de l’association « Lungi à Jamais », elles exigent le résultat de l’enquête et le reste des indemnisations promises par l’Etat Sierra Léonais qui, en 2012 a dépêché à Lomé, une mission conduite par Mme Ebun Jusu, la ministre des affaires étrangères d’alors pour un règlement à l’amiable. Mais depuis, les familles des victimes sont abandonnées.

« Les familles des victimes sont du mépris de la part des gouvernants togolais et sierra léonais. Nous n’avons même pas de répondant vis-à-vis des autorités qui pourraient voir que le règlement à l’amiable va se faire demain ou après-demain » a déploré Habib Amouzou, directeur exécutif de l’association.

« Lungi à Jamais » et revendique aussi un rapport définitif de l’accident pour situer les responsabilités. 

 

Cette tragédie constitue l’un des plus tristes et douloureux événements dans la vie du football togolais qui a anéanti dans l’effroi les parents, amis, papas, mamans, enfants et tout le public sportif togolais.

 

À noter que le crash de Lungi avait fait 22 morts, dont 13 togolais parmi lesquels le ministre des sports d’alors, Richard Attipoé, le vice-président de la FTF, Théodore Amégnran, Olive Mensah (journaliste), Kudzi Selom et Gado Pondika. Pour comomorer cette tragédie, une messe a été dite ce lundi à l’église catholique Saint Antoine de Padoue par l’Association des parents des victimes « Lungi à jamais »