Jean-Pierre Adams

Souvenir : Jean-Pierre Adams, le roc endormi

Publié le : / Par

Dans l’histoire du football, plusieurs joueurs ont marqué d’une manière ou d’une autre leur époque. C’est le cas du défenseur français des années 72 Jean-Pierre Adams qui a contribué à sa manière à l’essor du football français. Malheureusement, ce dernier végète dans un coma depuis maintenant 39 années. Aujourd’hui âgé de 73 ans, voici l’histoire de celui qu’on surnomme « le roc endormi ».

Jean-Pierre Adams, son enfance difficile et son arrivée en France

Né le 10 mars 1948 à Dakar, Jean-Pierre Adams grandit dans une famille pauvre incapable de subvenir à ses besoins. Il sera alors remis par ses parents à sa grand-mère pour son éducation. Cette dernière, très religieuse, l’élèvera jusqu’à ses huit ans en lui inculquant depuis lors les valeurs occidentales au détriment de la culture sénégalaise. En 1956, Adams accompagne sa grand-mère lors d’un pèlerinage catholique en France. Elle décida de laisser le jeune garçon dans l’hexagone au sein d’un couple de retraités. Ainsi en 1958, le petit Adams intègre Saint-Louis à Montargis. Il passera les prochaines années sans nouvelle de sa grand-mère retournée au Sénégal, ainsi que de ses parents toujours à Dakar.

Jean-Pierre Adams et ses débuts dans le football

Alors qu’il poursuivait sa formation académique, Jean-Pierre Adams s’intéresse au football et s’engage avec l’US Cepoy, l’équipe du village de sa nouvelle famille. Il rejoint plus tard le CD Bellegarde puis l’US Montargis, où son talent de footballeur fut poli. Évoluant à ce moment au poste d’attaquant de pointe, il gravit les échelons avec les équipes de jeunes avant d’obtenir sa promotion avec l’équipe première, évoluant en division d’honneur à l’époque. En 1967, Jean-Pierre Adams part pour son service militaire ; une occasion qui lui permet de faire une rencontre décisive pour la suite de sa carrière. Bedot, joueur de l’Entente Fontainebleau, convainc le joueur de rejoindre le club de la capitale. C’est ainsi que les dirigeants du club ont signé Jean-Pierre Adams alors âgé de 17 ans.

Le jeune Jean-Pierre réussit ses débuts en championnat amateur de France avec ce club avec qui il finit vice-champion en 1968 et en 1969. Toutefois, ses performances baisseront en raison du décès de son meilleur ami Bedot, avec qui il a eu un accident de voiture, lors d’un retour de match à Châteauroux. S’il s’en est sorti indemne, son ami a trouvé la mort. Lors de la saison 1967-1968, Fontainebleau se qualifie pour la finale du championnat de France perdue 3-0 au Parc des Princes contre le Gazélec Ajaccio. Jean-Pierre Adams est repéré par Kared Firoud, président de Nîmes, qui le fit venir à l’été 1970. Il découvre ainsi l’élite du football français où il connaît 98 apparitions pour 10 buts en deux saisons.

Il participe notamment à la Coupe d’Europe avec les Crocodiles. Evoluant à ses débuts en tant qu’avant-centre ou milieu de terrain, Adams se reconvertit par la suite défenseur. Il s’engagea plus tard avec l’OGC Nice en 1972 et y resta jusqu’en 1977. A cette dernière année, le désormais expérimenté Jean-Pierre Adams partit pour le Paris Saint-Germain où il effectua deux magnifiques saisons avant de rejoindre Mulhouse puis Chalon où il termine sa carrière en 1981. Entre-temps, lors de son passage à Nice, il reçoit sa première convocation en équipe de France alors entraînée par Georges Boulogne. A la suite des années, Jean-Pierre a formé avec Marius Trésor une paire redoutable en défense. Un duo surnommé « la garde noire ». Il passe six années avec les Bleus pour un total de 22 sélections.

Jean-Pierre Adams, fin de carrière et début du malheur

En 1982, suite à des douleurs au tendon, Jean-Pierre Adams doit subir une opération chirurgicale dans un hôpital à Lyon. Le médecin chargé de l’anesthésie se trompe dans le dosage, ce qui prive le joueur d’oxygène dans le cerveau pendant quelques secondes. Cela créa des dommages irréparables. Le roc s’est donc endormi ce 17 mars 1982 à l’âge de 34 ans laissant derrière lui sa femme Bernadette et son fils Laurent. Ses derniers mots étaient à l’endroit de sa femme. Il lui disait : « Tout va bien, je suis en pleine forme. C’est à 11 heures que je vais être opéré. Pense à moi quand même et viens me chercher dans huit jours, et n’oublie pas alors, une paire de béquilles », a-t-il dit. Il laissa également plusieurs amis qui firent son éloge des années durant. Cela fait aujourd’hui 39 années que Jean-Pierre Adams dort. Cette icône du football qui a fêté ses 73 ans le 10 mars dernier restera à jamais gravée dans le cœur de l’histoire du football.