RUSSIE 2018 : LES DAKAROIS CROIENT AUX CHANCES DES LIONS DE LA TERRANGA

De Dakar : Ibrahima Aliou Sow Même si la dévotion et la ferveur du mois béni ont pendant très longtemps eu raison de l’ambiance pré-coupe monde, au fur et à mesure que la compétition s’approchait, la tendance s’inversait de plus en plus. Tout au long des artères de la capitale sénégalaise, les panneaux publicitaires  sont […]

Avatar de nassim67kouba Par 15/06/2018 - 23:06
RUSSIE 2018 : LES DAKAROIS CROIENT AUX CHANCES DES LIONS DE LA TERRANGA
De Dakar : Ibrahima Aliou Sow

Même si la dévotion et la ferveur du mois béni ont pendant très longtemps eu raison de l’ambiance pré-coupe monde, au fur et à mesure que la compétition s’approchait, la tendance s’inversait de plus en plus. Tout au long des artères de la capitale sénégalaise, les panneaux publicitaires  sont unanimes, un seul message lancé au public : « TOUS DERRIRE LES LIONS DE LA TERANGA ». Une campagne lancée par la mairie de la ville pour soutenir la bande à Cheikhou Koyaté « C’est une belle initiative de la part de la mairie de Dakar qui tente de regrouper tous les dakarois derrière les lions. Ceci tous les autres localités du pays doivent s’en inspirer » se réjouit un automobiliste dans un embouteillage. Tous ne sont pas d’avis pour une propagande de l’évènement. François fait partie de ceux-là « La coupe du monde oui, le soutien aux lions oui, mais les autorités doivent savoir aussi qu’à côté il y a les urgences prioritaires pour la population ». A sa solde, Mamadou, lui, n’en a cure du Mondial « Personnellement je n’aime pas tellement le football, mais avec le mondial je suis obligé de soutenir les lions. Tout compte fait, je suis hanté plus par la fête du Ramadan que la Coupe du monde. Les dépenses qui pèsent sur mes épaules me font oublier la compétition, d’autant plus que la vie est très chère à Dakar. Ma priorité est d’acheter des mètres de basin pour la fête que me procurer d’acheter des maillots de l’équipe nationale. C’est beau le mondial, mais il y a des priorités », conclue-t-il.

Au centre de la ville, l’ambiance est  beaucoup plus perceptible. Le  boulevard de la République s’est paré de ses plus beaux vêtements. Les drapeaux sont déjà partout accrochés sur les arbres, sur les immeubles et même sur les poteaux électriques. Pour être au diapason de la Coupe du monde, même les filles les plus désintéressées du football se voient  obliger de porter des gadgets à l’effigie des couleurs nationales Avec la chaleur qui s’installe à Dakar les jeunes garçons eux, préfèrent s’enrouler de foulards ou bien d’écharpes dédiées à l’équipe nationale. Exactement 96 heures de l’entrée en lice du Sénégal, les débats sont transposés dans les salles de classes, les amphithéâtres et « même dans les bureaux du palais présidentiel »  me souffle un conseiller à la présidence.

LIRE AUSSI:   Barrages Mondial 2022: La déception est toujours là pour Riyad Mahrez 

La qualification des « Lions » à la coupe du monde a donné un coup de fouet à la vente des articles aux couleurs « verte, jaune et rouge » de l’équipe nationale. Sans se soucier des prix, maillots, drapelets ou brassards s’arrachent déjà au marché Sandaga, situé au cœur de la capitale. Si les commerçants  se frottent déjà les mains, certains d’entre eux prient pour une participation honorable à la Coupe du monde  des « Lions »  en vue de booster leurs ventes. Ils implorent aussi les autorités du football sénégalais et  Puma, le nouvel équipementier des lions, d’augmenter la production des nouveaux maillots avec lesquels l’équipe va évoluer au mondial. Les maillots sont en rupture sur le marché .

A Petersen, plus grand gare routier de Dakar, peu importe le prix. Les gadgets et autres articles aux couleurs nationales occupent le décor. Les étables qui jonchent les lieux sont bondées de divers articles qui rappellent bien l’ambiance festive du mondial 2002. Les inconditionnels des Lions n’entendent pas être en reste. Tous les moyens sont bons pour s’arracher un maillot même s’il est d’une autre époque « Tout un chacun doit porter les couleurs nationales, c’est un devoir pour tout sénégalais ou même africain de supporter cette équipe. », affirme avec ferveur Ndeye  Faye, une cliente, avec un t-shirt aux couleurs nationales à la main.

Coté medias  les grilles de programmes sont aménagées, les pages sportives sont renforcées, de nouvelles rubriques créées tout ceci pour mieux informer sur la Coupe du monde et tenir la concurrence.

Le Sénégal débute sa compétition le mardi face à la Pologne, le retour des beaux jours se profile à l’horizon surtout que le 12e Gaindé s’est recollé à son équipe et rêve de revivre  encore des émotions, pourquoi pas, beaucoup plus intenses qu’en 2002.   

 

 

 

Nos recommandations: