RETRIAT DE LA CAN 2019 : SOUS LE CHOC DE L’ANNONCE DE AHMAD AHMAD ,LES CAMEROUNAIS ACCUSENT LE GOUVERNEMENT

Publié le : / Par

Il est environ 19 heures ce vendredi 30 novembre 2018 au quartier Deido, un coin chaud de la ville de Douala, capitale économique du Cameroun.  La nuisance sonore règne en maître. Dans ce brouhaha un groupe de Camerounais de tous  âges,  se dispute  à vive voix. Leurs échanges  laissent transparaître la tristesse  et provoquent par moment des légers  sourires  timides. L’émotion est très forte pour ces supporters des Lions Indomptables du Cameroun, qui ont appris quelques heures plutôt, que la Confédération africaine de football (Caf) a  retiré   l’organisation de la Can 2019 au Cameroun. « La Caf a détruit le Cameroun, cette coupe était pour nous. Comment allons-nous faire de tous les investissements qui ont été initiés pour cette compétition. On ne méritait pas ce coup », déplore Erick, l’un des membres du groupe.     

A la suite de ce dernier, Théophile, qui parait un peu plus mûr, est plutôt dubitatif. Car selon lui, « les responsabilités  dans cette affaire doivent être partagées. Le Cameroun,  dit-il, a donné le fouet à ses détracteurs pour le châtier en accusant un retard dans la construction des infrastructures, en laissant trainer la  crise sociopolitique dans les régions du Sud-Ouest et Nord-Ouest, qui a servi de prétexte au  président de la Caf,   Ahmad Ahmad et son équipe pour annuler l’organisation de ce tournoi continental au pays de Roger Milla. C’est vraiment déplorable de perdre une opportunité pareille, c’est une catastrophe pour les opérateurs économiques qui s’étaient projetés par rapport à cet évènement,  conclut-il ». Pour ce groupe de personne comme pour bon nombre de Camerounais rencontrés ce vendredi,   le verdict « sévère »  de l’instance faîtière du football africain a été un coup de massue, une déception qui a volé aux compatriotes de Samuel Eto’o, leur rêve d’accueillir leur deuxième Can, après celle de 1972.

«  Ce qu’il faut dire sans aucune complaisance, c’est qu’il y a des gens qui ont failli…

Ce qu’il faut dire sans sourciller, c’est que depuis 2014, nous avons eu 4 ans au moins pour éviter l’imbroglio… Ce qu’il faut dire avec force, c’est que la diplomatie active en direction de la Caf a sauvé juste les meubles d’une humiliation qui aurait pu être plus grande… (Amendes, suspensions…) » a écrit Matin Camus Mimb, le chroniqueur sportif camerounais  sur son mur Facebook. Même si la douleur est grande, les habitants s’accordent sur le fait qu’il faut désormais penser à l’avenir du football camerounais, redorer son blason,  en espérant que le Cameroun remontera sur scène,  peut-être en 2021, comme le suggère la Caf dans sa correspondance adressée au Chef de l’Etat Camerounais. « Et maintenant … ? Il faut achever sereinement les chantiers de réhabilitation et de construction des infrastructures dans des proportions éthiques, loin des folies dépensières sous le prétexte de l’urgence… Il faut quitter les tribunaux et autres rings juridiques pour construire une fédération sereine, armée et crédible pour négocier d’égal à égal. Il faudrait aller chercher cette qualification sur le terrain, maintenant que le costume du Pays Organisateur vient d’être mis aux enchères », note  Matin Camus Mimb.