RETRAIT DE LA CAN 2019 AU CAMEROUN : MENACES RÉELLES  SUR LES DEUX PROCHAINES ÉDITIONS

RETRAIT DE LA CAN 2019 AU CAMEROUN : MENACES RÉELLES SUR LES DEUX PROCHAINES ÉDITIONS

Publié le : / Par

D’ailleurs la décision prise l’année dernière pour passer de 16 à 24 équipes en phase finale de la CAN est une véritable « preuve » de la dérive du président Ahmad Ahmad.Cette dérive s’explique par le fait qu’aucune étude de « faisabilité » concernant le passage de 16 à 24 sélections n’a été faite par la CAF d’Ahmad Ahmad . Et si les autres pays très « avancés » en la matière ont procédé à plusieurs changements du nombre de participation aux compétitions européenne et mondial après des études et des analyses pour ce faire.

De plus et c’est d’importance,l’Afrique à ces propres spécificités et Ahmad Ahmad est bien placé pour le savoir lui qui a d’ailleurs été ministre dans son propre pays bien AFRICAIN !

Ahmad Ahmad a été successivement secrétaire d’État aux Sports puis ministre de la Pêche et vice-président du Sénat. Des postes qui lui permettent très bien de savoir que les capacités financières des pays africians ne sont pas du tout aptes à concrétiser le passage d’une CAN à 16 à une CAN à 24 en pleine période de préparation d’une telle compétition continentale.Ce qui est le cas du Cameroun qui, au moment où les Camerounais planchaient sur la préparation d ‘une CAN à 16, ils sont sommés de le faire en ajoutant 8 autres sélections.

Et c’est donc une véritable menace pour les deux prochaines CAN prévues en Côte d’Ivoire en 2021 et en Guinée pour l’édition 2023. Bien que le président du comité d’organisation de cette dernière CAN 2023 en Guinée, Antonio Souare promet que dans six ans ce serait la meilleure CAN qu’aucun pays africain n’ait jamais organisée.

Ceci, en ne parlant que du critère « infrastructurel », car si on évoquerait le critère politique, c’est l’élimination pure et simple de plusieurs nations sans aucune réflexion.

La réorganisation de la CAN avec des « compromis » en coulisses pour la mise en pratique de cette politique d’exclusion ne cadre avec aucun cadre « Africain » à commencer par l’Union africaine elle-même…

Si, Ahmad Ahmad et son « EQUIPE » à la CAF travaillent pour les « riches » et non les « modestes » africains, c’est que les membres de l’AG de la CAF se sont vraiment trompé de personne pour le véritable développement du football en Afrique.

Encore faut-il s’imprégner des plus grandes institutions sportives dans le monde qui font « exacetment le contraire » de ce que fait le président de la CAF et ses collaborateurs : car ces institutions mondiales ont des programmes d’aides aux nations moins aisées sur le plan financier pour développer la balle ronde dans tous les coins du monde.

Encore faut-il bien rappeler au président de la Caf et ses collaborateurs que la majorité des stars mondiales dont les actuels, Ronaldo et Messi, pour ne citer que ces méga footballeurs sont venus des quartiers pauvres. Et ce n’est certainement pas les Maradonna ou Pelé qui nous contredisent. Et puis les meilleurs footballeurs africains, sont aussi là pour démontrer cet état de fait : Mahrez, Drogba, Aubameyang, Salah, Brahimi, Weah, Mila, Eto’o, Mboma, Yaya Touré, Kanouté, el Hadji Diouf, pour ne citer que ceux des années 2000, sont là comme témoins…