Zinedine Zidane

Real Madrid : Manque de confiance, polémiques inutiles, Zidane expose les raisons de son départ

Publié le : / Par

Coach du Real Madrid depuis 2019, Zinedine Zidane a attendu la fin de la saison 2020-2021 pour prendre la porte. Le français a rendu sa démission et oblige le club madrilène à chercher un nouvel entraîneur. Quelques jours après son départ, il est revenu sur les raisons qui ont motivé ce choix.

C’est à travers une lettre ouverte publiée dans les colonnes du quotidien AS que Zidane s’est exprimé sur sa situation de départ du Real Madrid. « Lorsqu’en mars 2019, j’ai accepté de revenir pour entraîner le Real Madrid après une pause d’environ huit mois, c’est parce que le président Florentino Pérez me l’a demandé, bien sûr, mais aussi parce que vous me l’avez dit tous les jours. Lorsque je croisais l’un d’entre vous dans la rue, je sentais le soutien et le désir de me voir revenir dans l’équipe. Parce que je partage les valeurs du madridisme, ce club qui appartient à ses socios, à ses fans, au monde entier », a-t-il commencé pour rappeler les motivations de son retour en 2019, avant d’évoquer par la suite ce qui justifie son départ du club des Merengues.S’agissant des raisons de sa démission, Zidane souligne le manque de confiance du club envers sa personne. Il n’a pas été compris et a essuyé beaucoup de reproches sur sa manière de gérer le groupe. « En mai 2018, je suis parti car après deux ans et demi avec tant de victoires et tant de trophées, j’ai senti que l’équipe avait besoin d’un nouveau discours pour rester au sommet. Aujourd’hui, les choses sont différentes. Je pars parce que je sens que le club ne m’accorde plus la confiance dont j’ai besoin, ne m’offre plus le soutien nécessaire pour construire quelque chose à moyen ou long terme.

Je connais le football et je connais les exigences d’un club comme le Real Madrid, je sais que lorsque tu ne gagnes pas, tu dois partir. Mais là, il a été oublié quelque chose de très important, il a été oublié tout ce que j’ai construit au quotidien, ce que j’ai apporté dans la relation avec les joueurs, avec les cent cinquante personnes qui travaillent avec et autour de l’équipe. Je suis un gagnant né et j’étais ici pour gagner des trophées, mais au-delà de ça, il y a les êtres humains, les émotions, la vie et j’ai l’impression que ces choses n’ont pas été valorisées, qu’on n’a pas compris que c’est aussi comme ça que se maintient la dynamique d’un grand club. Même, d’une certaine manière, on m’a fait des reproches », a confié le français.

Zidane va plus loin. Il n’a pas caché sa déception et sa frustration de voir la presse évoquer son départ à chaque mauvaise contre-performance de l’équipe. Avec sa démission rendue, il ne sera donc plus menacé de se faire virer. « Je veux que ce que nous avons réalisé ensemble soit respecté. J’aurais aimé que ma relation avec le club et le président soit un peu différente de celle d’autres entraîneurs ces derniers mois. Je ne demandais pas de privilèges, bien sûr que non, mais un peu plus de mémoire. Aujourd’hui, la vie d’un entraîneur sur le banc d’un grand club est de deux saisons, pas beaucoup plus. Pour durer plus longtemps, les relations humaines sont essentielles, elles sont plus importantes que l’argent, plus importantes que la gloire, plus importantes que tout. Vous devez prendre soin d’elles. C’est pourquoi cela m’a fait si mal quand j’ai lu dans la presse, après une défaite, que j’allais être limogé si je ne gagnais pas le match suivant. Cela m’a fait mal, ainsi qu’à toute l’équipe, car ces messages intentionnellement divulgués aux médias ont créé des interférences négatives avec l’équipe, des doutes et des malentendus. Dieu merci, j’avais des hommes merveilleux qui m’ont soutenu jusqu’à la mort ».

Pour finir, Zinedine Zidane n’a pas épargné les journalistes. Ceux-ci qui ont joué un rôle dominateur dans sa décision en remettant en jeu son avenir dès que l’occasion se présente. Le technicien français a plutôt prodigué un conseil : « Cependant, sans vouloir vous critiquer ou vous donner des leçons, j’aurais aimé que les questions ne soient pas toujours orientées vers la polémique, que l’on parle plus souvent du ballon et surtout des joueurs, qui sont et seront toujours les plus importants dans ce sport. N’oublions pas le football, occupons-nous du football ».