Vidiye Tshimanga

RDC – DC Motema Pembe : Vidiye Tshimanga réclame justice devant le TAS

Publié le : / Par

Le Daring Club Motema Pembe est sanctionné par la FIFA dans une affaire qui l’oppose à des entraîneurs et joueurs. Le club congolais est sommé de payer un montant conséquent dans ce litige. Dans une conférence de presse tenue ce quelques heures plus tôt, Vidiye Tshimanga, président du DCMP a annoncé que son club a saisi le Tribunal Arbitral Sportif (TAS) pour réclamer justice

Vidiye Tshimanga et son club crient injustice contre les sanctions de l’instance mondiale du football. En effet, ceux-ci doivent payer 94.000 dollars à leur ancien joueur Ousmane Sangaré, puis un total de 61.000 dollars à l’italien Andrea Agostinelli et au brésilien Renan Augusto. Ensuite, le DCMP se voit infliger une interdiction de recrutement pour ne pas avoir payé jusque-là les intéressés.

Ne s’avouant pas vaincu dans cette affaire, Vidiye Tshimanga, le président du DCMP, s’en remet au TAS. « Il y a certaines sanctions qui sont tombées sur DCMP sans même que nous nous ayons défendu ! On a été condamné par défaut sans présenter les éléments de défense. Contre les sanctions dans le dossier avec les entraîneurs italiens et le joueur brésilien, je demande que nous allions en appel pour avoir des preuves des sanctions à nous infligées. Nous avions des accords et avions déjà payé une partie des salaires mais tous ces éléments n’ont pas été pris en compte par la justice. C’est injuste », a-t-il fustigé.

Selon Vidiye Tshimanga, le dossier n’a jamais pris en compte la partie accusée. « Pour les trois coachs (staff d’Agostinelli) on était à près de 800.000 dollars. Je sais qu’ils ont travaillé pendant trois ou quatre mois ici et que nous avions des accords, au lieu de payer de tels montants, je demande des preuves d’une telle sanction », a-t-il ajouté, avant de rassurer à propos des dispositions juridiques prises dans le dossier : « Notre branche juridique a pris langue avec la FECOFA et la FIFA pour que le dossier soit rouvert. Le TAS a la possession de notre dossier et nous avons présenté des preuves selon lesquelles nous avions commencé à payer. Avec justice, nous payerons peut-être moins de 100.000 dollars ».