Racisme: Quand George Floyd devient l’égérie des footballeurs

Le week-end écoulé, suite au meurtre de George Floyd, les sportifs ont manifesté leur mécontentement à travers divers gestes. Des messages sur les réseaux sociaux, des actions sur le terrain, des tee-shirts avec des mots de luttes contre le racisme, et autres moyens sont mis à contribution pour dire une fois encore non au racisme. Tous […]

Avatar de nassim67kouba Par 05/06/2020 - 14:18
Racisme: Quand George Floyd devient l’égérie des footballeurs

Le week-end écoulé, suite au meurtre de George Floyd, les sportifs ont manifesté leur mécontentement à travers divers gestes. Des messages sur les réseaux sociaux, des actions sur le terrain, des tee-shirts avec des mots de luttes contre le racisme, et autres moyens sont mis à contribution pour dire une fois encore non au racisme. Tous ces soutiens des sportifs ne sont pas anodins. Le milieu sportif est aussi un haut lieu du racisme, et cela date de longtemps. Les souvenirs des JO de Mexique sont encore d’actualité.

Une fois encore, le racisme a encore frappé. Avec amertume, le monde entier a suivi l’asphyxie de George Floyd dans une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux. Un acte de barbarisme qui n’a laissé indifférent personne. A la suite de cet homicide, des messages de soutien à la famille du disparu, et de dénonciation ont flué de partout. Les sportifs en général et les footballeurs en particulier ne sont pas restés en marge de cette ferveur populaire qui a embrasé le monde. Dans sa colère, le boxeur français Tony Yoka par exemple a eu des mots très durs contre le traitement infligé aux noirs.

En Allemagne, lors de la 29è journée du championnat, on a assisté à plusieurs manières de célébration des buts qui ont rendu hommage à George Floyd. Les joueurs comme Achraf Hakimi par exemple ont montré des mots sur des tee-shirts pour exprimer leur mécontentement. La FIFA qui est contre ces genres de manifestation dans les stades a en général n’a non seulement pas sévi, mais elle « comprend » la réaction de ces joueurs. Cette ‘’non action’’ de la faîtière du football mondial prouve combien le débat sur le racisme est très sensible et qu’il faudra le bannir de nos stades.

LIRE AUSSI:   Tribunal Arbitral du Sport : Samuel Eto’o  a-t-il une chance ?

Le domaine du football est l’un des secteurs dans lequel le racisme fait des victimes. Des exemples sont légions. Le dernier grand scandale de ce fléau sur nos stades est celui vécu par le malien Moussa Marega avec son club le FC Porto en championnat portugais. Mario Balotelli, Yaya Touré, Samuel et autres grand grands noms du football mondial ont été tous victime de cette ségrégation à un moment donné de leur carrière. Cette occasion est une fois un moment pour dire non à cette différence faite à cause de la couleur de peau. Et si on se plonge dans l’histoire, il y a 52 ans deux américains avaient manifesté leur colère au JO de Mexico.

Lorsque l’histoire rattrape

L’histoire étant têtue, elle rattrape toujours. En 1968, lors des J.O d’été, les américains Tommie Smith et John Carlos levèrent les mains avec des gants noirs en contestation au traitement infligé aux noirs et surtout à cause de l’assassinat de Martin Luther King. Pour ce geste, ces deux ont été bannis à vie des J.O. 52 ans après, les USA se retrouvent face à cette réalité qu’elle a fui 52 ans plutôt.

La mort de George Floyd doit être une égérie non seulement pour les footballeurs, mais aussi pour tous les sportifs. Ensemble, disons non au racisme partout ou nous sommes.

Nos recommandations: