Racisme: Genou à terre, d’où vient ce geste ?

Racisme: Genou à terre, d’où vient ce geste ?

Publié le : / Par

Genou à terre, tête baissée, est l’un des gestes qu’on observe ces jours-ci en protestation au racisme et au mauvais traitement infligé aux noirs en général. Avec l’assassinat de George Floyd par la police américaine, plusieurs sportifs ont adopté ce comportement rendu populaire par le joueur de football américain Colin Kaepernick en 2016. Pourtant son origine remonte à bien longtemps et nous vient de la politique.

 

Les précurseurs

« L’histoire du geste du genou à terre s’inscrit dans celle des droits civiques aux Etats-Unis et de la prise à témoin des Blancs de la réalité des Noirs » dira plus tard le spécialiste des questions géopolitiques et des Etats Unis Thomas Snégaroff dans les colonnes du quotidien français Le Monde pour commencer l’historique de ce geste mythique devenu culte en 2020.

Dans les années 1960, la ségrégation raciale faisait ravage un peu partout dans le monde. Les USA étant le berceau de mélange de couleurs, ils n’ont pas échappé à ce phénomène. Les noirs américains étaient à la limite traqués. C’est ainsi en 1965, au cours d’une marche des noirs pour le droit de vote des afro-américains à Selma en Alabama, l’un des leaders des noirs d’alors Martin Luther King, juste avant d’être mis aux arrêts par la police fit ce geste avec quelques-uns de ses manifestants nous rapporte Le Monde dans l’une de ses publications du 3 juin 2020.

« Il prie alors avec quelques-uns de ses camarades, genou au sol »décrit l’historien Thomas Snégaroff . « Ce geste de prière a été rapidement interprété comme le symbole de la non-violence. Il s’agissait pour le pasteur Martin Luther King de prendre à témoin les Blancs de sa soumission en tant que Noir », relève Thomas Snégaroff, pour conclure.

La touche Colin Kaepernick

Pendant longtemps, ce geste restera dans l’ombre, dans l’oubli total avant de refaire surface de plus belle en 2016 toujours aux USA. Face à la violence policière montante au début des années 2010 contre les noirs, certains footballeurs ont exprimé leur inquiétude. C’est ainsi que Colin sort son génie des archives des USA. Pour manifester son mécontentement, il va d’abord rester assis, avant de mettre un genou à terre le 26 août 2016 alors que l’hymne américaine s’exécutait au stade de San Diego en Californie, un geste contraire à ce que recommande la tradition. Colin Kaepernick sera rejoint plus tard par certains de ses coéquipiers. Pour justifier son acte, il va déclarer

« Je ne veux pas me lever pour saluer un drapeau qui opprime les Noirs et les gens de couleur », avait alors expliqué le sportif. Pour moi, cela va au-delà du football et ça serait égoïste de ma part de détourner le regard. Il y a des cadavres dans les rues et des gens qui prennent des congés payés et s’en sortent après avoir tué. »

 

C’est ainsi qu’un geste politique des année 1965, a embrasé le monde sportif en 2020.