Quotas dans le football français: Gérard Prêcheur:  » C’était le fait qu’il y avait trop de noirs dans les s élections françaises »! Illustration picture of the list during the press conference to annonce the list of players for World Cup 2018 at TF1 on May 17, 2018 in Boulogne-Billancourt, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport)

Quotas dans le football français: Gérard Prêcheur:  » C’était le fait qu’il y avait trop de noirs dans les s élections françaises »!

Publié le : / Par

Le système des quotas dans le football français a bel et bien existé et les aveux de Gérard Prêcheur, ancien directeur du pôle principal des espoirs de la DTN de la fédération française de football, le confirment.

La publication de « Races et sciences sociales », aux éditions Agone ce vendredi 5 février, relance le débat sur le racisme dans le football français. Il s’agit d’un essai du sociologue Stéphane Beaud et de l’historien Gérard Noiriel, dans lequel ils donnent une idée sur l’explosion du langage racialisant qui s’enracine dans les sociétés.
Les deux auteurs reviennent dans plus d’une centaine de pages sur « l’affaire des quotas dans le football français ». Le site d’informations « Mediapart » a réalisé un entretien accordé par Gérard Prêcheur, qui occupait lors de la divulgation de cette affaire de quota dans le football français, la fonction de directeur du principal pôle espoirs de la FFF à Clairefontaine.

Gérard Prêcheur n’a pas hésité à reconnaître la lecture raciale dans l’affaire des quotas. Il a notamment admis qu’ « il y a des enregistrements incontestables. Et il y a ce que j’ai vu, entendu, vécu. Lors d’un séminaire de la DTN, à Ouistreham, la binationalité était au cœur des débats. Érick Mombaerts (alors membre de la DTN, ndlr) a montré les photos de sélection de jeunes en précisant que la grande majorité, environ 80 % d’après lui, étaient des joueurs de couleur, ce qui apparemment posait des problèmes à certaines personnes. Il faisait un lien entre la couleur de peau et la double nationalité. Le fait qu’il y ait autant de joueurs de couleur, ça posait problème. Il y a eu des propos lors du séminaire. Des propos qui dénigraient les joueurs de couleur. On était plusieurs à être vraiment mal à l’aise ». Dans le même ordre d’idées, il affirme que la direction technique nationale de la FFF de l’époque, dirigée par François Blacquart, souhaitait clairement recruter sur des bases raciales. Gérard Prêcher reconnaît: « au printemps 2011, François Blacquart, le directeur technique national, est venu nous confier le projet qui avait été préparé lors d’une réunion avec mes techniciens. Le DTN a exprimé le souhait que dans le concours on recrute « au minimum 50 % de vrais Français ». « Cette phrase m’a marqué », lâche-t-il.

Selon ce technicien du football français, ce système a été mis en place car le racisme serait grandement répandu dans le football européen , car dira-t-il: « Je n’ai pas de doute sur le fait que parmi les dirigeants du football français et européen, il y a beaucoup de personnes qui pensent qu’il y a trop de Noirs dans le football. Ce qui est gênant, c’est quand ce sont des personnes qui ont un pouvoir décisionnaire ». L’interlocuteur de Médiapart estime que cette tendance toucherait aussi le monde amateur en s’interrogeant: « Regardez : combien de présidents de district, de ligue, de couleur noire ? Combien d’arbitres, d’entraîneurs de haut niveau qui sont noirs aujourd’hui ? ». Pour conclure, Gérard Prêcheur lâchera: « C’était le fait qu’il y avait trop de Noirs dans les sélections françaises ». Voilà qui résume bien le caractère raciste de cette affaire des quotas dans le football français.