Pitso Mosimane à CNN SPORTS : « l’Europe doit accepter et donner des chances aux Africains nés en Europe » Pitso Mosimane, coach of Sundowns celebrates with fans during the 2018/19 CAF Champions League football match between Sundowns and Al Ahly at Lucas Moripe Stadium, Pretoria on 06 April 2019 Photo : PA Images / Icon Sport

Pitso Mosimane à CNN SPORTS : « l’Europe doit accepter et donner des chances aux Africains nés en Europe »

Publié le : / Par

Dans une interview accordée à la chaine américaine CNN Sports, le technicien sud-africain du Al Ahly, Pitso Mosimane, est revenu sur la non considération des entraineurs africains en Europe. Pour Pitso Mosimane, l’Europe doit accepter et de donner des chances aux entraineurs africains.

Pitso Mosimane aspire au changement pour les entraineurs africains en Europe. L’entraîneur d’Al Ahly estime qu’il existe de nombreux entraîneurs africains qui sont qualifiés et qui n’ont pas la possibilité de diriger les grandes équipes en Europe.

« Nous devons être réalistes pour dire que l’Europe n’a pas beaucoup d’entraîneurs africains. Je ne veux pas politiser cela, mais certaines choses doivent être dites telles qu’elles sont », a déclaré Mosimane à CNN Sports.

« Je crois juste qu’un médecin qui vient d’Afrique du Sud est le même médecin qui est en Europe. Je crois qu’un architecte diplômé en Afrique du Sud est un architecte en Europe. Donc, je ne comprends tout simplement pas quand il s’agit de coaching de football, pourquoi ces choses sont regardées différemment », a-t-il poursuivi.

Pour Pitso Mosimane, il est inconcevable que les grands joueurs africains vivant en Europe n’aient pas la chance d’entrainer.

« Vous ne pouvez pas me dire que tous ces grands joueurs, les joueurs africains, qui ont remporté la Ligue des champions en Europe, qui vivent là-bas et aucun de ces Africains ne peut avoir l’opportunité d’entraîner ».

L’entraineur de 56 ans espère un changement dans la génération future.

« Peut-être que dans la génération de nos enfants, les choses peuvent changer. Les choses changent … Mais d’abord, l’Europe doit accepter et donner des chances aux Africains nés en Europe avant que nous puissions parler d’avoir une chance », a-t-il conclut.