Prince Amétokodo témoigne de son parcours d'un champion inédit du Togo

  • Publié : 31/05/2020 - 10:06 /
  • 371 /
  • 0 Commentaire


Il y a quelques jours, nous vous informions que l'Association Sportive de la Kozah (ASKO) gagnait le titre de champion de première division de football du Togo (Saison 2019-2020). Un sacre exceptionnel qui fait entrer dans la légende, l'un des hommes forts de ce sacre des Kondonah: Prince Yayra Amétokodo (Milieu de terrain, 22 ans) qui retrace le parcours inédit réalisé suite à la décision de la Fédération togolaise de football (FTF) de définitivement arrêter les championnats nationaux de football de D1 et D2 pour cause de coronavirus (Covid-19) qui sévit dans le secteur footballistique.

Avec la fin prématurée proclamée de la saison sportive 2019-2020 à la 20ème journée du championnat national de football de première division par la FTF en raison de la pandémie de Coronavirus (Covid-19), ASKO, déclarée championne, va donc jouer les préliminaires de la Ligue des Champions de la CAF pour le compte de la nouvelle saison 2020-2021. Retour sur cette saison fast avec Prince Yayra Ametokodo. Le milieu de terrain des jaunes et noirs de Kara s'est livré à www.africafootunited.com, dans un entretien exclusif.

Prince Yayra Ametokodo: Mon club formateur est Unisport de Kanyikopé (un quartier dans le canton de Bè). Après ma formation, j'ai signé ma première licence en 2014 à Gbohloe-Su des Lacs. En 2015, il n'y avait pas de championnat au Togo donc je m'entraînais avec ASFOSA (association sportive de la forêt sacrée) avec lequel on a disputé beaucoup de matchs amicaux et quelques tournois. En 2016, j'ai rejoint Santos FC de Ouagadougou (Burkina Faso). En 2016-2017, je reviens au pays et je signe à L'AS OTR. Les saisons 2017-2018 et 2018-2019, j'ai respectivement signé à Ifodjê d'Atakpamé et DYTO avant de retrouver cette saison 2019-2020, ASKO.

AFU: ASKO championne, comment ça a été ?

Prince Yayra Ametokodo: C'était un parcours de combattants. Au début, seul le coach Messan King Amétokodo y croyait. On le prenait tous comme un fou quand il nous parlait de titre. Au club, on nous parlait de maintien et de finir à une position honorable à la fin de saison. Tout a commencé à la deuxième journée, à Tchamba. Tout le monde nous voyait perdant là-bas, après le match nul de la première journée contre Dyto FC à domicile. À la fin une prestation qui nous a fallu le respect et les félicitations de tout tchamba, alors on a pris conscience que nous n'étions pas cette petite équipe que tout le monde minimisait. En suite, la victoire à la maison contre Maranatha FC de Fiokpo, l'équipe qui a représenté le Togo cette saison en préliminaires de la coupe de la Confédération de la CAF. Après on est allé tenir tête à Semassi FC de Sokodé dans ce qu'on peut appeler Classico, dans leur antre et surtout la victoire contre le champion en titre ASCK, lors de la 7ème journée. On s'est dit entre nous qu'on peut le faire. Du coup, la confiance s'est accrue et avec le travail et l'humilité, on a su garder le cap jusqu'à la phase aller. À la reprise, une victoire à l'État-major contre Dyto FC nous propulse en tête du classement, à la 14ème journée et on a conservé le fauteuil de leader jusqu'à l'arrêt du championnat.

AFU: Sur les 20 journées, quel a été l'impact de Yayra Amétokodo ?

Prince Yayra Ametokodo: Énorme voire grandissime. Je fais partie du noyau de l'actuelle équipe championne du Togo. Sur les 20 journées, j'ai été présent à 19 matchs parce que ma licence n'était pas encore prête à la première journée. Et avec deux fois remplaçants, deux fois où j'ai terminé le match sur le banc. Je suis un milieu de terrain et j'ai participé grandement à la conservation et aux sorties de balles. Ce qui ne m'a pas empêché d'être dans un dépassement de fonctions quelques fois, aller frapper aux buts adverses et aussi faire des passes décisives, notamment les buts contre Maranatha FC et ASCK, et décisif sur le premier but contre Koroki à Kara et pour l'égalisation au camp Zowla contre mon ancien club Gbohloe-Su.

AFU: Relation papa-fils ou coach-joueur, comment s'est elle passée ?

Prince Yayra Ametokodo: Déjà c'est compliqué. Il n'y a pas de relation papa-fils dans un job. Beaucoup pensent que c'est du pain béni mais il faut le vivre pour savoir. Il faut être doublement meilleur à son poste avant que le coach qui est ton père surtout biologique ne t'aligne. Je suis quelqu'un qui aime relever les défis donc je vis bien cette relation. Une baisse de niveau ou de régime n'est pas acceptable dans cette condition. Il faut être bon chaque week-end pour faire taire les critiques.

AFU: Vos ambitions futures ?

Prince Yayra Ametokodo: J'ai connu toutes les sélections nationales de jeunes des U17 au U23 et même l'équipe nationale A' du Togo. Il me reste que la grande maison, la sélection A. Je sais que ça arrivera un jour à force de continuer à gravir les échelons. Je n'ai aucun doute là dessus. J'ai le talent pour. Il me faut juste être prêt pour qu'à l'appel je ne sois pas visiteur mais capable d'aider cette sélection et rendre heureux ce public sportif charmant. Pour l'heure, il est question de bien préparer la future saison, représenter dignement le Togo sur le continent et taper dans l'œil des recruteurs d'un peu partout pour arracher ce contrat professionnel.

AFU: S'il vous est demandé de lancer un message en ces temps de crise sanitaire mondiale liée à l'épidémie de coronavirus (Covid-19), que diriez-vous ?

Prince Yayra Ametokodo: Le même que je répète chaque jour à ceux qui me soutiennent, familles et connaissances, respectons strictement les mesures barrières. Notre salut ne viendra que de là. Je veux tous vous retrouver après cette période difficile et ensemble continuer nos activités respectives.

Polyvalent, Prince Yayra Amétokodo peut également jouer comme meneur de jeu et ailier. Du haut de ses 1m 80 pour 67 kg, il a encore des marges de progressions et sera à suivre.