PREPARATION MONDIAL 2018 ET RAMADAN POUR LES PAYS AFRICAINS Une pratique à haut risque

  • Publié : 23/05/2018 - 01:44 /
  • 127 /
  • 0 Commentaire


Le stage de préparation de la coupe du mondial coïncidera en grande partie avec le ramadan. Un dilemme pour les nations africaines de confession musulmanes engagées dans cette compétition. Les joueurs doivent-ils faire les efforts physiques doivent-ils suivre leur foi ?

 

De Dakar : Mouhamed Camara

 

La question se pose chaque année pour les joueurs musulmans. Cette année, cette question devra être vite tranchée à la veille de la messe du football. Du Sénégal, en  Egypte, au Maroc en passant par la Tunisie et une partie du Nigeria, la préparation  sera tronquée. Sauf en Egypte. En effet, les Pharaons seront   dispensés de jeune pendant la phase de préparation suite à l’avis du grand Mufti. Dans les autres pays africains musulmans engagés du mondial, le débat n’est pas tranché. Au Sénégal, si le sélectionneur a toujours laissé libre choix aux joueurs de décider, la grande majorité observe le jeune avec en tête Moussa Sow.

Sport intensif exigeant une grande dépense d’énergie et donc de consommation d’eau, le foot a ses exigences pour le pratiquer sans risques et périls. Surtout en Afrique ou la chaleur sévit fortement. C’est ce qui fait dire au professeur Mamadou Diaw, médecin du sport au bataillon des sports de l’Association Sénégalaise des Forces Armées (ASFA) qu’Africa Foot United a interrogé, que le ramadan ne va pas de pair avec la pratique du football. Il déconseille aux joueurs de jeuner : « le ramadan et le sport de haut niveau (football ou autre) sont incompatibles. A cause de la chaleur qui provoque, avec l’effort intense, une forte sudation et donc une déshydratation, qui ne peut être remplacée lors du jeûne. Cela qui peut se révéler très dangereux. Le ramadan cause aussi chez le sportif une importante baisse du taux de sucre, qui reste l’aliment préféré du cerveau. Or, lorsque le taux de sucre diminue, la lucidité baisse et donc aussi le rendement sportif. Faire le ramadan dans ce contexte peut entraîner des complications graves. Nous avons déjà eu des cas de mort subite » déplore t-il.

Si la médecine semble favorable au fait de ne pas observer le jeune, qu’en est-il du Coran qui réglemente tout acte du musulman ? Le Coran indique en effet qu’il existe des dérogations relatives au ramadan. Elles concernent les musulmans impubères, ceux souffrant de maladies, les femmes enceintes ou qui ont leurs règles, et enfin les musulmans qui effectuent un voyage long et pénible. C’est souvent cette dernière possibilité qui est retenue par les joueurs musulmans, souvent en déplacement le temps des compétitions pour ne pas jeuner. Mais dans tous les cas, étant une obligation pour tous musulmans aptes, le ramadan se doit être observé par le jeune ou alors par le fait de faire des sacrifices ou offrandes en guise de remplacement des jours non jeunés.

En attendant que le mondial russe débute, les joueurs marocains, tunisiens, égyptiens, sénégalais devront mettre leur foi et leur santé à l’épreuve. C’est aussi cela le prix à payer pour être dans une coupe du monde.