Pour ou contre la décision de faire rejouer la finale de la LdC africaine ?

  • Publié : 31/07/2019 - 21:37 /
  • 86 /
  • 0 Commentaire


Attendue avec impatience, la décision du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui devait à priori clore le débat vient de prolonger le suspense en renvoyant les deux parties vers la CAF. L’instance dirigeante devrait définitivement mettre un terme à ce feuilleton qui terni l’image du foot africain.

Ni Radès encore moins Casablanca ne sait s’il rejouera ou pas la finale retour de la Ligue africaine des champions.

Après les incidents ayant émaillé la manche retour de la finale de la plus prestigieuse des clubs du continent le 31 mai dernier au stade de Radès, le Comité exécutif de la CAF avait annoncé que l’Esperance Tunis et le Wydad Casablanca rejouerait leur fameuse finale en terrain neutre.

Déposant des recours différents auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) après cette décision, les deux clubs du Maghreb ont vraisemblablement été situés ce mercredi 31 juillet.

Après avoir entendu des deux camps, la plus importance juridiction sportive a balayé l’idée de faire rejouer la finale et renvoyer le dossier auprès de la CAF, à qui elle laisse le soin de prendre une décision à travers ses organes compétents sans jamais déclarer l’Esperance vainqueur.

Or donc le comité exécutif de la CAF réuni d’urgence à Paris n’était pas compétent pour prendre une telle décision ? Sur quelle base la décision de faire rejouer la finale a été prise par Ahmad and Co ?

Des problématiques qui ne devraient pas trouver réponses sitôt. En effet quelle crédibilité pourrait se taguer l’instance dirigeante du football africain après rejet de sa décision quelques jours après l’interpellation de son président dans la capitale française pour une affaire de corruption ?

Le patron de la CAF et sa bande voudront coute que coute laver leur affront sur cette affaire en prenant une décision définitive. Celle de la faire rejouer alors. Pour éviter de passer pour des marionnettes, la CAF restera camper sur sa position. Une évidence serait de retrouver Sang et Or et Wydadis en terrain neutre pour un troisième derby. La première du genre sur le continent.

Cependant, il serait difficile pour la CAF de ne pas entériner la décision du TAS. Par simple diplomatie, la plus haute juridiction sportive a laissé le soin à la CAF elle-même de prononcer le verdict qui semble avoir déjà été dit.

L’instance africaine devrait très vite situer les uns et les autres sur ce feuilleton rocambolesque qui ne cesse d’enfoncer le foot africain.