Paris suspects sur un match de Ligue 1 Mobilis en France : Sept Français arrêtés en Moselle

  • Publié : 15/05/2019 - 11:41 /
  • 74 Vues /
  • 0 Commentaire
Sept Français ont été arrêtés dans l’est de la France dans le cadre d’une enquête sur des paris suspects liée à un match de la ligue 1 Mobilis ayant opposé le DRB Tadjenant à l'ES Sétif.

  Selon le quotidien sportif spécialisé « l’Equipe » de ce mercredi, les sept personnes ont été interpellées mardi matin en Moselle par des policiers du service central des courses et jeux (SCCJ).

L’opération a été lancée dans le cadre d’une enquête sur des paris suspects pris en France et liés à une rencontre de Ligue 1 Mobilis. Cinq personnes, sur les sept arrêtées, ont été placées en garde à vue alors que les deux autres ont été entendues en audition libre. Revenant sur la genèse de l’affaire, « l’Equipe » indique qu’elle remonte au 12 mai 2018. A cette époque, l’équipe du DRB Tadjenant, qui était menacée de relégation, recevait l’ES Sétif, champion d’Algérie sortant mais classé en milieu de tableau, pour le compte de la 29e et avant-dernière journée de Championnat.

Le match, qui s’était soldé par la victoire sur le score de 3 buts à 2 du DRB Tadjenant, a vu l’arbitre siffler trois penalties, un pour Tadjenant et deux pour Sétif. La même source souligne que « la nuit précédant la rencontre, (...) plusieurs opérateurs de paris en ligne avaient enregistré des opérations inhabituelles. Des parieurs, domiciliés dans l’est de la France, ont placé des sommes anormalement élevées sur une victoire de Tadjenant, sur le score exact de 3-2, une  issue pourtant hautement improbable ».

Ainsi, cette nuit-là, près de 5.000 euros sont misés en France, notamment depuis la région de Metz, sur des sites de paris en ligne, dont Winamax, PokerStars, Betclic et PMU, entraînant des pertes de plus de 100.000 euros pour ces derniers. Toujours selon « l’Equipe », d’autres rencontres disputées par le DRB Tadjenant auraient également attiré l’attention, regrettant que les enquêteurs français n’aient pas pu bénéficier de l’entraide des autorités sportives algériennes dans le cadre de leurs investigations. 

                                                                

 

Publier un commentaire

Commentaires