Nouvelle saison sportive en Europe : On prend les mêmes et on recommence

  • Publié : 15/08/2019 - 20:16 /
  • 95 /
  • 0 Commentaire


Comme Sisyphe dans la mythologie grecque, condamné aux mêmes gestes à longueur de journée, les championnats les plus huppés du monde retrouvent leur droit de cité depuis ce vendredi 9 Août 2019.
La Liga espagnole c’est le Barça double vainqueur consécutif, même cas de figure pour la ligue 1 française avec le dictateur PSG, la vie en solitaire de la Juventus de Turin en Italie, la domination sans concurrence du Bayern de Munich en Allemagne ou encore la Premier League avec son solide Manchester City. Du suspense? Pas vraiment en vue puisque déjà les habitués aux places d’honneur n’ont pas tardé à trouver leur marque. La saison à peine démarrée, qu’on se demande si ce n’est que du bis repetita des saisons précédentes. 
 
Les saisons se suivent et se ressemblent sans doute dans les 5 majeurs d’Europe.    En Angleterre, où Pep Guardiola a érigé son royaume depuis deux saisons consécutives, difficile aux concurrents de faire aussi mieux que les Sky blues. Un embouteillage en attaque avec Jesus, De Bruyne, Sterling, Agûero et le champion d’Afrique Mahrez, et voilà Manchester City bien armé pour le malheur des défenses adverses. Et ils font déjà parler la poudre dès la première journée de championnat en faisant voler en éclat West Ham sur sa pelouse 5 à 0. Seuls Liverpool, auteur d’une bonne entame de saison 4 à 1 face à Normich City, les Reds Evils de Manchester United dominateurs du premier gros choc de la saison face à Chelsea 4 à 0 et dans une moindre mesure, Arsenal avec sa paire africaine Aubameyang-Pépé, peuvent espérer contester l’hégémonie de Manchester City. 
L’autre championnat qui a déjà démarré est celui de la Ligue 1 française. Le PSG dans l’Hexagone broie tout sur son passage. Nîmes (0-3) lors du premier match de la saison n’a pu tenir la comparaison. Mbappé, Cavani et Di Maria seront là pour conserver le titre, devenu la propriété privée du club de la capitale. Même sans Neymar en instance de départ, Lyon et Lille ne peuvent que se bousculer derrière le PSG pour une place en Ligue des Champions. La coupe de la Ligue et la coupe de France sont aussi bonnes à prendre au cas où Paris trébuche.
En Bundesliga, le Bayern de Munich c’est, 7 titres d’affilé. De Jupp Heynckes en passant par Carlos Ancelotti ou encore Pep Guardiola et récemment  Niko Kovac, chaque entraineur du club de la Bavière a son titre dans sa gibecière. Et on est parti pour revivre la même scène cette saison. Certes le Bayern a perdu Robben ou Ribery mais l’effectif est resté le même avec la gâchette infernale Robert Lewandowski. Dortmund, Bayer Leverkusen, Francfort ou Schalke 04 se partageront les autres places qualificatives pour l’Europe. 
La Juventus de Turin elle, écrase la concurrence en Série A italienne. Depuis 2012, la vielle dame a raflé tous les titres de championnat soit 8 au total. Et elle ne compte pas en rester là. Des renforts sont arrivés à l’intersaison: Buffon de retour à la maison, De Ligt, Luca Pellegrini, Rabiot et Ramsey sont venus renforcer l’équipe. Pour cette nouvelle saison il sera difficile d’aller chercher la Juventus en championnat. Avec sa superstar Cristiano Ronaldo Turin voudra rapidement se mettre à l’abri en Série A afin d’aller chercher la Ligue des Champions, principal objectif du club cette saison. Les deux clubs du Milan, Naples et la Roma devront batailler dur pour le ‘‘Scudetto’’ 2019.
Enfin, La Liga espagnole semble encore promise cette saison au FC Barcelone ou à défaut au rival madrilène du Réal. L’Atlectico comme d’habitude pas très actif sur le marché des transferts sera en embuscade. Le Barça, c’est 7 titres sur les 10 dernières Liga. Autant dire que les hommes d’Ernesto Valverde ne vont pas lever le pied même s’ils vendront tout pour accrocher la Ligue des Champions cette saison. Neymar Junior, pourrait dès cette saison faire son grand retour en Liga et dans son ancien club ou signer chez le rival madrilène.
 
 
L’Europe du football retrouve ainsi ses sensations et c’est tout bénef pour les amoureux de cette discipline. Les grosses écuries misent sur la continuité et seront encore là cette saison. La fête peut donc commencer.
 
 
 
Julien EVEGNON