Crédit Image : Moya Dia / AFU

MURIELLE AHOURÉ ET MARIE-JOSÉE TA LOU À AFU "L’AVENIR DE L’ATHLÉTISME AFRICAIN EST RADIEUX"

  • Publié : 23/04/2019 - 17:28 /
  • 1332 /
  • 0 Commentaire


Marraines du 3è et 14è championnat d’Afrique d’athlétisme qui se sont déroulés à Abidjan du 16 au 20 avril dernier, Murielle Ahouré et Marie Josée Ta Lou ont communié avec leurs filleuls. Les deux sprinteuses ivoiriennes se prononcent sur l’athlétisme africain et leurs différents objectifs en cette année 2019.

Africa Foot United : Quelles sont les motivations d’être aux côtés de vos cadet(tes) à ce championnat d’Afrique d’athlétisme ?

Murielle Ahouré : Je n’ai pas hésité un seul instant dès que j’ai reçu l’invitation de ce championnat d’Afrique qui se déroule chez moi. C’était important que je sois là pour pousser chacun des athlètes à se surpasser. Avec Marie-Josée nous sommes des modèles pour eux. Donc il fallait répondre présente aux sollicitations.

Marie-Josée Ta Lou : L’occasion était belle et je n’ai pas voulu la manquer. Être présente aux côtés des plus jeunes qui constitueront la relève de demain est hyper important. Les encourager et les pousser à donner le meilleur d’eux même c’est ce que nous avons fait durant ses 5 jours de compétition.

Africa Foot United : Concrètement quel a été le message lors de vos échanges avec les différentes délégations ?

M.A : Le message a été tout simple. Il ne faut pas prendre de raccourci. Il faut être patient. Jusqu’au bout il faut se battre pour atteindre ses objectifs. Respecter ses parents, les coachs mais aussi les adversaires.

M.J.T.L : Murielle et moi avions eu le même discours. Être humble et le rester malgré les différentes médailles remportées. Nous sommes mieux expérimentées qu’eux. Ils se devaient de comprendre et je pense qu’ils ont bien retenu les différents enseignements.

Africa Foot United : Vous côtoyez le sommet de l’athlétisme mondial. Quel regard aviez-vous sur la discipline au sein du continent ?

M.A : Les africains sont passionnés de l’athlétisme et ils ont du talent. La preuve : Marie-Josée et moi avions gagné beaucoup de titre. Au niveau du continent il faudra miser sur les infrastructures pour pouvoir évoluer assez rapidement. Les États et les fédérations ainsi que la Confédération doivent trouver la bonne formule pour mettre en place une politique de management adéquate.

M.A.T.L Je pense que l’envie de bien faire habite chacun de nous. On avance allègrement vers le parfait. Les athlètes ont du répondant à chaque compétition. Les dirigeants doivent créer les conditions pour qu’ils puissent exprimer leurs talents. Les différents États et les Fédérations doivent s’associer. Le président de la Confédération, Kalkaba Malboum et Hamdi Abderrahim viennent de signer un partenariat pour la formation de certains athlètes au centre de développement de l’athlétisme africain. C’est une initiative qui devrait se multiplier. L’avenir de l’athlétisme africain est radieux.

Africa Foot United : Votre objectif pour cette saison 2019 ?

M.A : Je retourne aux États-Unis pour reprendre les entraînements. J’ai un petit peu décalé ma saison à cause des championnats du monde en octobre prochain. J’ai dû renoncer aux compétitions en salle pour ça également. Au championnat du monde je me prépare pour le 100 m et là je vise l’Or.

M.J.T.L : On va reprendre les entraînements à fond. Il y’a la Diamond League ensuite les championnats du monde. On bosse dur pour faire honneur au continent et à la Côte d’Ivoire.