LE MOULOUDIA CLUB D'ALGER : LE PLUS POPULAIRE DES CLUBS ALGÉRIENS MIS À TERRE PAR DES RESPONSABLES INCOMPÉTENTS !

  • 0 Commentaire
Il est inconcevable de voir un club de la dimension du Mouloudia Chaâbia d’Alger avec ce riche palmarès dont 7 championnats d’Algérie, 8 Coupe d’Algérie, une Ligue des champions d’Afrique et 2 Coupes du Maghreb des vainqueurs de coupe, connaitre le pire début de championnat de son histoire où, les Vert et Rouge n’ont pu gagner le moindre match à domicile après 7 journées !

Cette brève comparaison au sujet des résultats techniques n’est en réalité que le reflet de l’incompétence des dirigeants qui se sont succédé surtout ses dernières années dont la pire en cette année 2018.

Les dirigeants actuels du Mouloudia ont mis le club dans une crise qui perdure où les fans des Vert et Rouge, constatent la mort dans l’âme, cette situation de leur club chéri au fond du gouffre avec en plus, une direction de Sonatrach, actionnaire majoritaire du club, qui humilie un de ses propres dirigeants en remettant en cause une décision courageuse de « nettoyage » de l’environnement de l’équipe, source de malaise pour ne pas dire de la crise.

Un directeur sportif qui ne veut en aucun cas quitter son poste bien qu’il ait bel et bien échoué dans sa mission, la barre technique sans principal coach et le tout « auréolé » par la démobilisation totale des joueurs très très faible sur le plan psychologique.

Cette crise qui perdure ne fait pas tellement mal uniquement aux fans du Mouloudia d’Alger, mais elle fait autant mal à tous les Algériens nostalgiques de ce club dont le nom de « Doyen » vient d’être terni par ces responsables qui ne connaissent apparemment pas vraiment la vraie VALEUR de ces couleurs Vert et Rouge.

Ammi Ali, vieux de la vielle, déclare tout dépité « La génération actuelle a vraiment perdu le sens de l’honneur tout en ignorant la valeur historique de ce club grandiose qui a été l’étendard de ses combattants du football algérien qui ont sacrifié leurs vies pour la libération du pays du joug colonial. ».

Baissant la tête un moment, Ammi Ali me fixe de ce regard exprimant une grande douleur avant de dire « Ça fait très mal de voir les couleurs de mon club de toujours ainsi ternies par des pseudos dirigeants dont les intérêts personnels dépassent de loin l’intérêt de l’équipe dans son ensemble et dans le sens le plus large du terme. Savent-ils au moins que le Vert représente le signe de l’espoir du peuple Algérien et c’est aussi la couleur symbolique de l’Islam. Quant au Rouge, il représente le signe de l’amour de la nation et du sacrifice ? » questionne-t-il avant de répondre lui-même : hélas non parce que ces gens-là, de nos jours, ne savent pas ce que c’est que de porter ces couleurs » a-t-il conclu.

L’origine de la crise actuelle

Le MC Alger a connu plusieurs cirses ses dernières années, mais la pire est celle de cette année 2018. Et son origine remonte à la fin de la saison passée.

Sous la houlette du coach Français, Bernard Casoni, le Mouloudia termine 5eme au classement final de la saison 2017-2018 avec une finale de la Coupe d’Algérie, rayée en demi-finale, une élimination de la Ligue des champions puis quarts finaliste de la Coupe de la CAF.

Mais, la première erreur du directeur technique Kaci Saïd a été d’avoir laissé le coach Casoni partir en congé sans le rassurer de son maintien en qualité de premier responsable de la barre technique de l’équipe. Kaci Saïd, s’ouvre donc grande ouverte la porte du recrutement sans le staff technique.

Et ce n’est qu’après que Casoni est reconduit à la tête de la barre technique avec comme adjoint Saifi. La nouvelle saison débute et le manque des résultats commence petit à petit à fomenter la crise. Des joueurs sont accusés de ne pas jouer pour les couluers du club en ne mouillant pas le maillot alors qu’ils sont grâcement rénumérés. D’autres sont même accusés d’avoir levé le pied dans certains matchs, sans preuve. Le coach Casoni ne s’entend plus avec son adjoint Saifi qui finalement quitte son poste. Par la suite, le directeut technique et le coach principal s’accusent mutuellement pour justifier les mauvais résultats. Casoni fait allusion au mauvais recrutement de Kaci Said et Kaci Said fait allusion au mauvais coaching de Casoni.

L’élimination sans gloire du MCA de la Ligue des champions d’Afrique, en terminant dernier du groupe B avec cinq points seulement, à l’issue du match de la dernière journée, perdu mardi dernier au stade du 5 Juillet face à l’ES Sétif sur le score de deux buts à un, a été la goutte qui a fait déborder le vase.

Et la crise est telle que les supporters se présentent aux entrainements pour fustiger les joueurs et les responsables.

La crise atteint son paroxysme au point où le directeur général, Hireche décide alors de limoger les deux premiers responsables à savoir le directeur technique Kaci Said  et le coach Casoni.

Mais deux jours plus tard retournement de la situation : le P-DG de la Sonatrach, actionnaire majoritaire du club, Abdelmoumen Ould Kaddour, remet en cause le limogeage du directeur technique. Hireche annonce sa démission avant de revenir à de meilleurs sentiments, car, étant cadre de la Sonatrach et donc risquant des représailles de son P-Dg quant à sa carrière professionnelle.

Mais, cela ne change en rien à la crise puisque l’équipe est toujours sans coach principal bien que Saifi revient à la barre technique en qualité de coach intérimaire en compagnie du préparateur physique Fares Belkheir. Le MCA a perdu son match de la 7eme journée du championnat en déplacement à Oran (4-3) avec le 5-0 dans la journée précédente face à la JSK, et toujours sans coach principal, le Mouloudia d’Alger se trouve à la 8eme place en compagnie de son dernier bourreau le MC Oran avec un total de 8 points chacun. Mais, cette position n’est qu’à un point du premier relégable. C’est dire que le Mouloudia d’Alger risque bien de jouer pour le maintien à cette allure.

Une situation qui fait très mal pour un club sponsorisé par un des plus grands sponsors africain… les dirigeants de Sonatrach cette grand entreprise pétrolière algérienne qui est le seul sponsor du Mouloudia Club d'Alger ,refuse aujourd'hui de mettre le moindre centime sur la table pour recruter un entraineur de renom.Pauvre Mouloudia d'Alger.Un message qui doit faire retourner dans sa tombe  le défunt Abderrahmane Aouf ,le père créateur du Mouloudia .

La Ligue des champions arabe pour atténuer la crise

 On annonce que le directeur technique s’est entendu avec le coach Français, Rolland Courbis pour prendre la barre technique des Vert et Rouge. L’arrivée du technicien Français à Alger est prévue ce mercredi avec un entraîneur des gardiens et un adjoint.

Le nouveau staff technique devrait être présent lors du match de l’équipe contre l’équipe bahreïnie d’Al Rifaâ match retour des 32emes de finale de la Ligue des champions arabe prévu vendredi prochain. Au match aller, le MCA a battu El-Rifaa (2-1) au stade Khalifa Manama (Bahreïn).

Les responsables actuels croisent les doigts et espèrent donc bien une qualification aux seizièmes de finale de la Ligue des champions arabe à la portée de leurs joueurs, pour essayer ne serait-ce que de faire oublier momentanément la crise que traverse le malheureux Doyen dont les couleurs sont encore ternies.Les gens oublient ou ignorent peut être l'Histoire ,le Mouloudia club d'Alger avait pour rappel tenu tête dans l'antre du Bernabeu au Grand Réal de Madrid.Ne s'inclianat que par la plus petite des marges (1-2 ) sur une petite bévue défensive de l'arrière Azzouz.C'était en 1977 au lendemain du sacre Africain obtenu face au Hafia de Conakry .Le président de la Confédération Africaine de Football de l'époque Tessema présent dans les gradins du stade du Real de Madrid était entré dans les vestiaires pour féliciter les joueurs du Mouloudia qui avaient dignement représentés le continent Africain face à un géant du football mondial!

 

 

Publier un commentaire

Commentaires