Crédit Image : AFU

INTERVIEW - HAND BALL / REDA ZEGUELI (GSP- ALGÉRIE) EN MARGE DU CHAMPIONNAT D’AFRIQUE DES CLUBS CHAMPIONS À ABIDJAN : “Nous étions les bosses, les meilleurs sur le continent”

  • 0 Commentaire
Reda Zeguili l'une des figures de proue du Handball Algérien est sur le bord de la Lagune Ebrié à Abidjan dans le cadre de la 40è édition du Championnat d'Afrique des Clubs champions. Présent sur le banc de touche du Groupement Sportif Pétroliers (GSP) anciennement appelé Mouloudia d’Alger, il dévoile les ambitions de sa formation, jette un regard sur la compétition et se montre optimiste au (re)décollage de la petite balle Algérienne.

AFRICAFOOTUNITED : Qui est Reda Zegueli ?

REDA ZEGUELI : Je suis Reda Zegueli, entraîneur du GSP, ex Mouloudia, j'ai remporté 98 titres dans toutes ma carrière dans le handball. Sur le continent, j'ai soulevé 11 trophées, six en tant que joueur et cinq en tant qu'entraîneur.

AFRICAFOOTUNITED : Comment vivez -vous cette 40è édition du Championnat d'Afrique des Clubs Champions ?

REDA ZEGUELI : De retour sur la scène continentale après 8 ans d'absence, c'est avec joie que nous participons à cette compétition. Et pour l'histoire, chaque fois que nous disputons un tel tournoi, nous le remportons. En Coupe des clubs champions comme en Coupe des Coupes. Mais malheureusement, nous avons perdu le rythme de la compétition à cause de notre longue absence. Sur le plan individuel ou collectif, nous avons un bon groupe, juste légèrement en dessous des Égyptiens, et des autres clubs qui progressent énormément.

AFRICAFOOTUNITED : Quel est votre objectif à cette 40è édition ?

REDA ZEGUELI : Nous sommes logiques. Notre objectif, c'est d'arriver au moins en demi-finale et donner de la compétition à nos jeunes. Puisqu'il y a 90% de nos jeunes joueurs qui participent à cette compétition pour la première fois, ce qui veut dire que la majorité manque d'expérience des grands rendez-vous. Et c'est pour cette raison que nous voulons leur donner du rythme pour l'avenir, et Inch’Allah, on reviendra à notre niveau d'antan.

AFRICAFOOTUNITED : Comment aviez-vous préparé ce tournoi sachant que vous partagez la poule avec le champion en titre (Zamalek) ?

REDA ZEGUELI : Nous nous sommes bien préparés comme d'habitude. La preuve, nous nous sommes bien comportés contre le champion en titre le Zamalek. On prendra match après match et on essaiera de justifier notre excellente préparation.

AFRICAFOOTUNITED : Vous dominez outrageusement le hand ball local avec des joueurs qui constituent l’ossature de l’Équipe nationale d’Algérie, est-ce un inconvénient ou un avantage lorsqu’on se présente à un tel tournoi ?

REDA ZEGUELI : C'est un avantage bien sûr mais l'inconvénient c'est le rythme de la compétition. Défendre les couleurs du club en championnat national ; en coupe nationale, puis se retrouver à un rendez-vous africain des clubs et en équipe nationale, cela est aussi pénible pour ces jeunes athlètes. Je pense aussi que ces trois dernières années, il y a des équipes qui progressent énormément et c'est à saluer. Cela nous aide considérablement. Nous allons travailler encore car il y a quatre ou cinq équipes avec qui nous avons le même niveau ici à Abidjan. Mais c'est au niveau du rythme qu’il y’a problème. Pour y remédier, il nous faut être présent à toutes les grandes messes du continent.

AFRICAFOOTUNITED : Les années passées, le Hand ball Algérien s'exportait bien contrairement à aujourd'hui.  Quelle est votre explication ?

REDA ZEGUELI : Effectivement (…) mais je pense que nous sommes en train de combler ce vide. Les deux dernières années, certains de nos joueurs sont allés monnayer leur talent ailleurs. C’est le cas de Khelifa Ghedbane. (...) Mais pour faire progresser le groupe, nous avons décidé de garder des joueurs importants, notamment Berkouss Messaoud. Cette politique vise à promouvoir l'intérêt national. Nous pensons au niveau du hand ball national, raison pour laquelle nous ne laissons pas partir aussi rapidement nos athlètes pour ne pas faire régresser la petite balle algérienne.

AFRICAFOOTUNITED : Ce qui voudrait dire que vous y avez mis beaucoup de moyens ?

REDA ZEGUELI : Oui ! assez d'argent et c'est tout à fait normal. Sinon six ou sept joueurs du GSP sont exportables et sont d'ailleurs convoités par des clubs européens qu'on n'a pas laissé partir.

AFRICAFOOTUNITED : Avez-vous une politique de formation ?

REDA ZEGUELI : Oui bien sûr ! Nous avons toutes les catégories tant chez les hommes que chez les dames. 90% des joueurs de notre équipe actuelle proviennent de notre formation.

AFRICAFOOTUNITED : Votre jugement sur la domination des équipes Égyptiennes et Tunisiennes sur le continent

REDA ZEGUELI : C'est grâce à notre absence qui a duré huit ans qu'ils dominent le Hand ball africain. Sinon, c'était nous les maîtres, les meilleurs. Lorsque vous revisitez l’histoire, c’est nous les boss. La preuve, sur cette compétition du championnat d’Afrique, nous sommes les plus titrés avec 11 trophées contre 10 pour le Al Ahly.

AFRICAFOOTUNITED : Grande est notre surprise de constater que les journalistes algériens ne sont pas à vos côtés pour un tel événement

REDA ZEGUELI : C'est simplement dû au fait que le Hand ball algérien a perdu sa côte. Mais les deux prochaines années, Inch’Allah l'engouement reviendra.

AFRICAFOOTUNITED : En tant que technicien quelle analyse faites-vous sur cette 40è édition du Championnat d'Afrique des Clubs Champions ?

REDA ZEGUELI : Je dirai qu'il y a trois niveaux. Il y a des clubs du haut standing à l'image du Zamalek, l'Al Ahly. Le JSK et le GSP avec un niveau très appréciable mais moyen qui titillent les grands et les autres qui continuent d'apprendre comme l'USFA, le Red Star…

AFRICAFOOTUNITED : Votre mot de conclusion

REDA ZEGUELI : Je voudrais dire à tous ceux qui nous suivent que nous sommes à Abidjan pour honorer pas seulement les couleurs du GSP mais aussi celles de notre pays, l'Algérie. On va essayer d’élever le niveau pour atteindre nos lettres noblesse afin de faire honneur au pays.

 

Publier un commentaire

Commentaires