HERVE RENARD : Le sorcier blanc fidèle à sa réputation

  • Publié : 28/06/2019 - 22:22 /
  • 143 /
  • 0 Commentaire


Arrivé sur le Continent dans l’anonymat le plus total, Hervé Renard est en train d’accroitre sa légende. Si ses débuts en tant qu’adjoint de Claude Le Roy à la tête de la sélection ghanéenne (2008) puis sélectionneur titulaire avec l’Angola n’ont pas été remarquables, c’est à la tête des Chipolopolo de la Zambie que le technicien français se fera un nom. 

Pour son premier passage dans ce pays, il est parvenu à hisser cette équipe moyenne en quarts de finale de la CAN 2010, une première depuis quatorze an. Lors de l’édition suivante en 2012 au Gabon et en Guinée équatoriale, Hervé Renard remporte le titre devant la Côte d’Ivoire aux tirs au but. 

Philippe BATIONO.

Trois ans plus tard à la tête de la sélection ivoirienne, l’homme à la chemise blanche réédite l’exploit avec les Eléphants face aux Black stars du Ghana. Il entre ainsi dans l’histoire du football africain en devenant le premier sélectionneur à remporter deux fois la CAN avec deux équipes différentes. 

A la tête du Maroc depuis février 2016, celui que l’on surnomme le nouveau sorcier blanc crée des misères à son ancienne équipe la Côte d’Ivoire à la CAN 2017. Les Lions de l’Atlas sont éliminés en quart de finale par l’Egypte mais parviennent à se qualifier pour la Coupe du monde 2018 grâce à une nouvelle victoire deux à zéro (2-0) sur… la Côte d’Ivoire. 

En Egypte, Hervé Renard a été fidèle à sa réputation de bourreau de ses anciennes équipes et surtout de la Côte d’Ivoire en battant les Eléphants ce vendredi après-midi (1-0) et assurant ainsi la présence du Maroc en huitièmes de finales de la compétition. Dès lors, il est devenu impossible de ne pas repenser aux deux précédents exploits de l’ancien coach de l’USM Alger (Janvier 2011-Novembre 2011). Si l’on en croit la logique depuis son premier sacre avec la Zambie en 2012, Hervé Renard a remporté la compétition toutes les deux éditions. En effet, après avoir conduit les Chipolopolo en quarts de finale en 2010, l’homme remportait la compétition deux ans plus tard en 2012. Réédite la même chose avec les Eléphants de Côte d’Ivoire en 2015 suite à une campagne ratée en 2013. Cette fois à la tête du Maroc et après avoir amené l’équipe en quart de finale il y a deux ans, entrera-t-il encore plus dans la légende en Egypte ? 

En tout cas, tous les ingrédients semblent réunis pour un nouvel exploit : la jeunesse, la volonté et l’insouciance des Lions, combinées à la féérie et la magie du pays des Pharaons. Par ailleurs, cette nouvelle victoire face à la Côte d’Ivoire est une source supplémentaire de motivation pour cette équipe marocaine qui rêve de rééditer l’exploit de ses ainés de 1976. Seulement, le chemin qui mène à la gloire est encore long !