Gabon: Franck Nguema promet que l'État paiera bientôt toutes ses dettes

  • Publié : 25/03/2020 - 17:29 /
  • 68 /
  • 0 Commentaire


Le Ministre des Sports gabonais ne connait pas une direction facile. De sa prise de fonction à ce jour, Franck Nguema en dépit de sa bonne volonté. n'a toujours pas fini de solutionner les dossiers financiers désobligeants dont il a hérité.  Cependant, l'homme ne désespère pas et compte bien aller jusqu'au bout. Il réaffirme tout son engagement et les efforts déjà consentis. Le bout du tunnel est plus que imminent désormais. 
 
Le sport gabonais n'est pas au mieux ces dernières années. Les contre performances enregistrées dans toutes les disciplines sont en majeure partie dûes à la gestion qui se fait des dirigeants des différentes disciplines, du football notamment. À l'heure actuelle, le pays doit d'énormes arriérés aux sélectionneurs actuels et précédents. Une situation peu glorieuse que Franck Nguema compte bien régler.
 
Récemment, le ministre gabonais des sports a fait le rappel de la situation : "Dès ma prise de fonction, j'ai hérité d'un certain nombre de dossiers brûlants. Notamment ceux liés aux arriérés de salaires des différents coachs de nos sélections. Ce montant s'élève à environ 2,5 milliards de francs. Et au nom de la continuité du service public, nous avons pris à bras-le-corps ce dossier. " Il poursuit en dévoilant les actions déjà menées : " Pour Camacho et ses adjoints, les sommes dues sont de l'ordre de 1,8 milliard. A ce montant, il faut rajouter les sommes dues à Cousin, au coach des handballeurs Richardson... S'agissant du cas Camacho et les deux autres, j'ai déjà l'avis d'ordonnancement, et c'est en cours de paiement. Sur les 2,5 milliards, j'ai déjà pu ordonnancer 1,7 milliard. Nous allons poursuivre les efforts pour régler cette dette. (...) l'objectif, à terme, est de régler définitivement ces problèmes, malgré la situation économique du pays." 
 
Si tout se déroule comme le prévoit Franck Nguema, le Gabon pourra donc très prochainement éponger toutes ses dettes. Suffisant pour faire basculer le sport gabonais dans une nouvelle ère florissante ? Affaire à suivre.