Crédits Images : Rémis Hounkpati / AFU

EXCLUSIF : KARIM ABDUL RAZAK ( GHANA ),BALLON D'OR AFRICAIN 1978 : "Aujourd’hui,les gens viennent au foot avec l'idée de s'enrichir"

  • Publié : 05/01/2019 - 01:49 /
  • 458 /
  • 0 Commentaire


On ne peut évoquer les Black Stars du Ghana sans se remémorer les exploits de l'icône Abdul Razak .Goléador avec son équipe nationale ,il a été champion d'Afrique en 1978 et élu meilleur footballeur du continent la même année .Celui qui était surnommé le "Golden Boy"avait porté 80 fois le maillot national. Le Ballon d'or de 1978 nous a reçu chez lui a Koumassi au Ghana. Sans fard , il se livre à cœur ouvert et avec sa sagesse légendaire aux reporters de AfricaFootUnited.com. 

AFU : Que devient la star Abdul Razak ?

Karim Abdul Razak: Avec l'obtention de ma licence CAF A , j’ai entrainé  plusieurs clubs  je dois un peu  ça au football qui m'a tout donné.  Aujourd'hui je n'appartient a aucune team  mais je prends en charge la formation des jeunes joueurs de mon quartier. Le foot coule dans mes veines et je ne peux pas m’éloigner des terrains .

AFU: Parlez nous un peu de votre riche  carrière ?

Karim Abdul Rasak: J'ai commencé dans la rue pour finir footballeur professionnel et tutoyer les sommets du foot Africain. C'est ainsi qu'au cours d'un match de foot de rue, j'ai été repéré par les dirigeants du club Corners Stone et à l'issue de ma première saison, j'ai été appelé en sélection nationale chez les Blacks Stars. juste après j'ai signé avec le club Asante kotoko de kumassi .J'ai   aussi participé  à la   Coupe d'Afrique des Nations  en 1978 où j'ai été sacré champion avec le Ghana. J'ai  pu poursuivre ma carrière  aux Etats Unis puis au Qatar . Après un déplacement en Egypte  où j'ai paraphé un contrat avec le club Arabes Contractors , je suis revenu a nouveau sur les terres de mon pays le  Ghana où j'ai encore rejoué avec Asante kotoko. De la  j'ai voyagé  en côte d'Ivoire pour défendre les couleurs  de l’Africa Sport .

Champion d'Afrique avec le Ghana et plusieurs fois meilleur buteur dans différents championnats d'Afrique, j'ai décidé de mettre fin à ma carrière de joueur,et opter pour une carrière d'entraîneur où je suis passé par plusieurs  clubs au le Burkina Faso, le Mali, le Togo, le Bénin et le Ghana. C'est un peu long mais je préfère m'arrêter là.

AFU : Comment vivez vous la crise qui mine aujourd'hui le football ghanéen ?

Karim Abdul Rasak:Ce qui arrive au Ghana est tout simplement triste parce que nous sommes une grande nation de football. Aujourd'hui  on remarque que les gens ne travaillent plus avec leur cœur, la passion a disparu. Tout est devenu une question d'argent et d'intérêt. Alors qu'auparavant, nous étions animés par la passion et la volonté. Aujourd’hui ,les gens viennent au foot avec l'idée de s'enrichir, construire des maisons, acheter des belles voitures et bien d'autres choses. C'est dommage parce que cette situation a bouleversé l'ordre établi. La corruption a détruit notre football et aujourd'hui les joueurs sont affectés parce qu'ils ne peuvent plus faire ce qu'ils aiment le plus. C'est le chaos total.

AFU : On a appris que vous n'avez plus accès au stade lors des matchs de Asante kotoko. Qu’est ce qui pourrait expliquer cette attitude des dirigeants du club ?

Karim Abdul Rasak: Les gens n'aiment pas entendre la Franchise  Parce qu’ils ne sont pas correctes, et ils pensent que tous les autres ne le sont pas non plus. Ils ont interdit l'accès au stade aux anciens joueurs du club parce qu'on leur disait une vérité amère. C'est juste une question de bien vouloir faire les choses.Les gens n'aiment pas la droiture . Nous voulons apporter notre pierre à la construction de ce club mais si les gens ne veulent pas des anciens, tant pis.

AFU : Vous avez été une star incontesté , dites -nous quel regard portez-vous sur le football africain aujourd'hui ?

Karim Abdul Rasak: Le football africain a beaucoup évolué. Aujourd'hui il y'a plus de moyens qui sont mis dans le football avec beaucoup plus d'opportunités. Mais à mon humble avis, le football africain doit encore beaucoup travailler, on doit se mettre au travail. Nous sommes en retard par rapport aux autres continents. Nous avons certes des talents sur le continent mais nous n'arrivons pas à gagner une coupe du monde. On doit beaucoup plus travailler pour être au même niveau que les autres nations. Il y'a des progrès qui se font ici et là mais l'on ne doit pas baisser les bras. Il faut toujours continuer à travailler et rechercher l’excellence..

AFU : Un mot de la fin…

Karim Abdul Rasak: Je dirai à tous les joueurs qui veulent faire carrière dans le football de se mettre au travail dans une grande discipline. On peut beau avoir un talent, mais sans le travail et sans la discipline, on est rien. Le football d'aujourd'hui est devenu une entreprise qui fait nourrir son homme. Il faut toujours y croire et travailler dur. Aux dirigeants, je leur dirai de prendre toutes leurs responsabilités pour faire évoluer le football africain. Si aujourd'hui l'Afrique est toujours à la traîne, c'est en partie à cause de ces dirigeants qui dans leur gestion ont fait du tort à ce football. Il faut que les choses évoluent.