News Flash   –  

  • Finale LDC Hansi Flick: "Nous sommes prêts à gagner" Lire Plus
  • Finale LDC 2020 demain à Lisbonne 19 h00 ( TU ) : FCBayern München :... Lire Plus
  • Tirage au sort CAN 2019 : Les Groupes Connus! Lire Plus
  • Tirage au sort CAN 2019 : Les Groupes Connus! Lire Plus
  • Tirage au sort CAN 2019 : Les Groupes Connus! Lire Plus

Espérance de Tunis, un club, une institution à 3 étoiles

  • Publié : 15/09/2020 - 22:39


Le jeudi 10 septembre dernier, l'Espérance Sportive de Tunis (EST) a fêté dignement son 4è sacre d'affilée en battant à domicile l'ES Métlaoui sur un score de 2-1 à l'occasion de la 25è journée de la ligue 1 tunisienne de football pour le compte de la saison 2019-2020. Un 4è sacre qui représente la 3è étoile, soit le 30è titre des Sang et Or tunisiens.

C’est inédit. Quel est ce club qui règne sans partage sur la Tunisie depuis des décennies sans jamais s'éteindre?

Septième des meilleurs clubs africains du 20è siècle sur la liste dressée par l'IFFHS, l'Espérance Sportive de Tunis (EST) est un club créé en 1919 à Bab Souika. Il est connu sous le noms de EST et ses surnoms sont Mkachkha, Sang et Or, Taraji, Dawla, et Ghoul ifrikia. Il a pour président Hamdi Meddeb. L'histoire des Sang et Or tunisiens peut se subdiviser en trois grandes parties. Il y a la période avant indépendance de la Tunisie (1956), la période après l'indépendance de la Tunisie et l'ère Meddeb qu'on peut déjà qualifier d'exceptionnelle. 

L'EST avant indépendance
Loin devant les autres clubs avec ses 30 titres, l'EST a commencé par bâtir son empire de champion en 1942, soit 23 ans après sa création sous le mandat de Zouiten. Fondée en 1919 par Mohamed Zouaoui et Hédi Kallel dans un café de Bab Souika dont le nom était Café de l'Espérance, d'où le nom du club, l'EST a connu une belle ascension au sein de l'élite footballistique tunisienne. Le premier président de l'EST a pour nom Louis Montassier. C'est un français. Il a présidé pendant 3 ans le bureau exécutif du club avant de céder sa place à Mohamed Malki en 1922, qui est le premier président tunisien du club. Après Montassier, plus aucun président étranger n'a dirigé la destinée de l'EST. Malgré son premier titre en 1942, l'Espérance Sportive de Tunis a dû peiner pour renouer avec un second titre. L'EST n'a pas vraiment été un grand de la Tunisie comme on le connaît de nos jours, mais elle a toujours montré bon visage en championnat en bouleversant la hiérarchie. En témoigne les nombreuses fois où elle a été vice-champion et finaliste de la Coupe de Tunisie. Avant l'indépendance de la Tunisie en 1956, l'EST ne comptait qu'un titre de champion (1942), et une victoire en Coupe de Tunisie (1939).

La période après indépendance
Ce fut le moment le plus prolifique des Espérantistes, où ils ont commencé véritablement par bouleverser la hiérarchie et asseoir une nette domination. Comme un moteur diesel, ils sont montés en puissance. Mais il a fallu user d'assez de patience pour les voir enchaîner avec de très belles prestations dignes d'un champion et d'engranger des titres. Déjà en 1959, l'EST remporte son second titre de champion. Mais avant cela, en 1957, elle s'est adjugée le second titre de Coupe de Tunisie. Par la suite, les titres se sont enchaînés. Championnat, Coupe de Tunisie, l'EST ne s'arrête plus. Si de 1956 à 1969 l'EST n'a eu que 2 titres de champion et 2 fois vainqueurs de la Coupe de Tunisie, mais plusieurs finalistes et vice-champions encore, les années 70 ont été le début d'une ascension fulgurante pour l'EST. 

Début du règne en 1970
Durant la décennie 1970-1980, l'EST  a remporté  trois titres de champions, soit autant de fois en 40 ans d'existence, et a été deux fois vainqueurs de la Coupe de Tunisie. C'est la début du grand règne, car après 1980, les titres et les conquêtes des trophées vont enchaîner. De 1981 à 2006, l'EST va remporter d'autres trophées portant son total à 21 titres de champion, et 11 fois vainqueur de la Coupe de Tunisie. L'EST va aussi remporter au cours de cette période d'autres titres, mais sur le continent africain. Il s'agit de la Ligue des Champions de la CAF (1994), de la Super-coupe d'Afrique (1995), de la Coupe des Vainqueurs de Coupe (1998) et de la Coupe CAF en 1997. 

L'ère Hamdi Meddeb
Arrivé à la tête du club né dans un café de Bab Souika en 2007, Hamdi Meddeb a mené une politique qui a porté et qui continue de porter très haut l'EST. Avec lui, c'est déjà 9 titres de champions de Tunisie, 4 fois vainqueur de la Coupe de Tunisie, et 3 fois vainqueur de la Ligue des Champions de la CAF. En 13 ans, c'est énorme, c'est du lourd. 

Les joueurs célèbres
Depuis 1956, à ce jour, l'EST a employé plus de 420 joueurs dont le plus capé est Tarak Dhiab avec 427 matchs disputés assortis de 127 buts. Dhiab est également le meilleur buteur de l'histoire du club et le seul tunisien de l'histoire à avoir remporté le prix du meilleur joueur africain en 1977. Il est aussi élu meilleur joueur tunisien du 20è siècle. Certains joueurs se sont aussi démarqués en remportant chacun 10 titres de champion avec les Mkachkha. Il s'agit Chokri El Ouaer, Tarek Thabet et Khalil Chemmam qui a rejoint le cercle fermé à l'issue de cette saison 2019-2020. Ils sont d'ailleurs les seuls joueurs à avoir réussir cet exploit en ligue 1 tunisienne de football. 
Ali Zitouni, Khaled Badra, Radhi Jaidi, Anice Badri, Youssef Msakni, Oussama Darragi, Khaled Ben Yahia, sont entre autres joueurs qui ont marqué l'histoire du club. 

Conduit par Mouine Chaabani (actuel entraîneur du club), l'EST a atteint 3 étoiles, 30 titres en ligue 1 tunisienne de football à l'issue d'une saison 2019-2020 perturbée par la propagation du coronavirus. EST, c'est 64 titres au total (30 titres de champion de Tunisie, 15 coupes de Tunisie, 4 supercoupes de Tunisie, 1 coupe Hédi Chaker, 1 coupe Critérium Hamda Laouani, 4 ligues des Champions de la CAF, 3 fois champion d'arabe des clubs, 1 Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe, 1 coupe CAF, 1 Supercoupe de la CAF, 1 Coupe afro-asiatique, 1 coupe nord-africaine des vainqueurs de coupe, et 1 super-coupe arabe) en 101 ans d'histoire, c'est pas rien. La légende continue.