ÉLIM CAN 2019 -EN PRÉVISION DU MATCH TOGO-ALGÉRIE : PLUSIEURS EQUATIONS À RÉSOUDRE POUR CLAUDE LE ROY

  • Publié : 30/10/2018 - 16:08 /
  • 252 /
  • 0 Commentaire


Les Éperviers du Togo avant dernier du groupe D avec seulement 5 points au compteur, reçoivent dans leur antre du stade municipal de Lomé le 18 Novembre prochain les Fenecs d'Algérie à l'occasion de la 5ème journée des éliminatoires de la CAN Cameroun 2019.

Après leur victoire face à la Gambie lors de la journée précédente (0-1), le technicien français du Togo Claude Leroy et ses poulains ont une obligation de résultat à domicile face aux Fenecs d'Algérie s'ils veulent garder leur chance pour une quelconque qualification. Sauf que pour l'heure, beaucoup de paramètres palpables risquent de compromettre davantage les chances de qualification du Togo.

Premier aspect, l'état de la pelouse du Stade municipal de Lomé :

Le gazon synthétique du stade municipal de Lomé suscite des interrogations liées à son état de dégradation depuis quelques mois. Et pour cause, cette pelouse artificielle met en danger la santé des joueurs. En effet, le seul vrai Stade du Togo, celui de Kegué étant en réfection, le second terrain dont dispose le Togo engagé dans les éliminatoires de la CAN 2019 n'est autre que le stade municipal de Lomé en état de dégradation avancé et qui met en danger la santé des joueurs. Une situation qui a contraint le capitaine des Éperviers Emmanuel Adebayor à boycotter le match aller contre la Gambie (12 octobre 2018) comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la CAN 2019. Pour le sélectionneur Claude Leroy "ce terrain représente un danger pour ses poulains" a t-il déclaré dans une interview. Rappelons que depuis son avènement au Togo, le technicien français Claude Leroy ne cesse d'interpeller les autorités togolaises et particulièrement celles en charge de la gestion du sport à revoir l'état de nos pelouses, principal outil pour une bonne pratique du football. Mais que dalle. De sources proches de la Fédération Togolaise de Football, certains clubs européens ayant appris l'état de la pelouse de Lomé, sont réticents au moment de libérer les joueurs. Mais pourtant, l'état de cette pelouse ne semble gêner les autorités compétentes en charge des sports du Togo. Puisque avant le match contre la Gambie, le ministre en charge des sports a déclaré en substance dans une interview que: "l'état de la pelouse ne pose aucun problème." Mais pourtant, cette pelouse constitue un risque énorme pour la santé des joueurs et le Togo risque de jouer sans le capitaine des Éperviers Emmanuel Adebayor encore une fois lors du match contre l'Algérie le 18 Novembre prochain.

 

Deux absences de taille

Le Togo sera donc privé de ses deux défenseurs centraux Djene Dakonam et Ouro-Sama Hakim.En effet, les Éperviers vont jouer contre l'Algérie le 18 Novembre prochain sans leurs deux défenseurs centraux Djene Dakonam et Ouro-Sama Hakim tous deux sous l'effet de cartons. Qui donc pour palier ces deux absences dans la charnière centrale du Togo ? 

L'équation semble être difficile dans la mesure où le sélectionneur national n'est pas en odeur de sainteté avec les potentiels remplaçant à ces postes, à savoir Alaixys Romao qui évolue au FC Reims en Ligue 1 française et le défenseur Ouro Akoriko Sadate du club sud africain Amazulu et bien d'autres. Pour cette rencontre très capitale pour le Togo, le technicien français des Éperviers a besoin de tous les apports nécessaires pour un résultat probant au soir du 18 Novembre prochain à Lomé.

Le désamour entre les Éperviers et le public.

En effet, depuis l'avènement du technicien français à la tête des Éperviers du Togo, l'on remarque un grand désamour entre l'équipe nationale du Togo et son public. Et pour cause, le sélectionneur national Claude Leroy ne fait pas l'unanimité dû aux manques de résultats depuis bientôt deux ans. Une situation qui a éloigné le public sportif de leur équipe et qui pourrait jouer contre le Togo quand on sait l'apport du douzième homme dans un match de football. Au sein du public sportif togolais, le français Claude Leroy ne fait plus l'unanimité et est presque décrié par bons nombres de journalistes sportifs.