Coronavirus: Le sport à l’arrêt jusqu’à quand ?

  • Publié : 15/03/2020 - 06:04 /
  • 120 /
  • 0 Commentaire


Tout comme la FIFA, le Conmebol, l’Uefa, la NBA, les championnats européens et plusieurs autres compétitions à travers le monde, l’institution dirigée par Ahmad Ahmad a plié l’échine en reportant à une date ultérieure les 3è et 4è journées des matchs éliminatoires de la CAN 2021. La cause : l’épidémie du coronavirus. Pourquoi la CAF a tenté d’ignorer l’ampleur de la maladie ? Jusqu’où ira le covid-19 ? Y’a-t-il un manque à gagner pour les clubs ? Cette situation faussera-t-elle les compétitions ?

Finalement la CAF s’est rétractée. A l’instar de ces confédérations sœurs, l’instance dirigeante du football africain a d’abord fait fi de ses nombreux reports avant de prendre le soin de faire comme les autres, celle de repousser à une date ultérieure les prochaines joutes sur le continent.

Une parenthèse mondiale 

C’est le statu quo au niveau du sport mondial. Le coronavirus continue de paralyser la planète. Vendredi 13 mars 2020, la CAF a décidé de reporter les prochains matchs des éliminatoires de la CAN 2021. Mais avant, la Serie A, la Premier League anglaise, La Liga espagnole, la Bundesliga et la Ligue 1 française ont décidé de mettre leur championnat à l’arrêt. Même si l’Afrique demeure le continent le moins touché, le Gabon (Fegafoot) et la RD Congo (Linafoot) ont par précaution adopté la démarche.

Au total 124 pays sont touchés par l’épidémie qui, à ce jour a fait plus de 4.000 victimes. Pendant que la FIFA décidait du report de son congrès à Addis-Abeba (5 juin au 18 septembre 2020) en début de semaine, la CAF, décidait du maintien de son calendrier avant de lâcher prise 48heures plus tard.

Une tergiversation qui en dit long sur la négligence et le laxisme au sein de l’institution dirigée par le malgache. La plupart des sélections africaines sont composées à 80% voire 90% de joueurs évoluant en Europe. Un facteur qui devait favoriser une décision express. Que nenni. Comme c’est le cas le plus souvent, la CAF a certainement été mise sous pression par la FIFA avant de faire marche arrière.

Un manque à gagner

Partout dans le monde, les calendriers sont bouleversés. Tout est chamboulé. Plus de chance à jouer les matchs à huis clos. Une situation qui aura des conséquences sur la santé des clubs. Et les plus frustrés dans ça ce sont les supporters. Déjà impossible d’assister au rencontres de leurs clubs de cœurs, ils ne pourront pas voir leur joueur à l’œuvre environ trois semaines. Une pilule difficile à avaler d’autant plus que personne n’a été préparé à cette situation.  Au-delà de l’aspect financier, les clubs, les instances dirigeantes du sport doivent redessiner leur calendrier.

Jusqu’à quand ?

Sachant que la Ligue des champions africaine, la Coupe de la Confédération et plusieurs championnats prennent fin en mai, il serait catastrophique pour les clubs européens de libérer les joueurs africains pour les éliminatoires du Mondial 2022 qui débute en octobre et celle de la CAN 2021. Ce temps d’arrêt sera certainement un véritable handicap pour les clubs mais surtout les athlètes. Présents sur une bonne dynamique avant la pause, certains clubs et joueurs pourraient complètement toucher le fond lors de la reprise.

Huis clos ou pratique intégrale du football avec spectateurs, tous espère que cette situation ne durera pas trop longtemps au risque de voir dégringoler l’économie mondiale du sport.