Congo : A peine nommé à la tête des Diables rouges, Valdo est déjà sur la sellette

  • 0 Commentaire
Le sélectionneur brésilien du Congo s’est vu remonter publiquement les bretelles par les responsables de la fédération au lendemain du match nul concédé dimanche dernier à domicile face au Zimbabwe (1-1) lors des éliminatoires de la CAN 2019.

Par Yannick Kenné

Les rênes de l’équipe nationale congolaise ont été confiées le 28 mai dernier au Brésilien Valdo Candido, qui avait jusque là occupé les fonctions d’entraineur des sélections U17 et U20. L’ancien joueur du Paris-SG a dirigé pour la première fois les Diables rouges en match officiel dimanche dernier lors de la réception du Zimbabwe, à l’occasion de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2019. La sélection locale a été tenue en échec (1-1), après avoir été menée au score.  

Les Diables rouges ont néanmoins évité une défaire, même si le résultat a provoqué l’ire des dirigeants de la Fédération congolaise de football (Fecofoot). Ils l’ont fait savoir à l’entraineur au cours d’une réunion à laquelle la presse était conviée. Dans une vidéo de la chaine de télévision Stad’Afric, Jean Guy Blaise Mayolas, le premier vice-président de la fédération tance vertement l’ensemble du staff technique chapeauté par Valdo.

«On ne vous paye pas des primes pour venir voir le cinéma qu’on a vu là, il faut qu’on se le dise, c’est un cinéma qu’on a vu dimanche ! Il faut que vous soyez responsables. Vous avez une mission, à savoir qualifier l’équipe pour le Cameroun. Lorsqu’on a échoué à deux reprises, la troisième fois c’est le chaos», couine le responsable de la Fecofoot, non sans effleurer l’avenir du sélectionneur brésilien, qui ne tient plus que sur un fil.  

«Nous vous donnons une marge de chance. Sinon la décision du comité exécutif était de vous virer tous. C’était notre décision en interne, parce que ce que nous avons vu dimanche, c’est la catastrophe», ajoute-t-il. Une autre fausse note serait fatale au technicien brésilien, qui a désormais obligation de résultats. Et la double confrontation contre le Liberia le mois prochain sera déterminante pour la survie du staff technique actuel.

 

 

 

Publier un commentaire

Commentaires