CAN 2019 - Un samedi bien triste !

  • Publié : 30/06/2019 - 00:49 /
  • 334 /
  • 0 Commentaire


Depuis le début de cette 32e Coupe d’Afrique des Nations de football le 21 juin dernier, les différentes équipes engagées ont montré de bonnes dispositions et offert du spectacle et des buts. Mais ce n’était pas le cas ce samedi 29 juin 2019. 

Phillipe BATIONO.

Pourtant sur le papier, les trois rencontres au programme étaient des plus alléchantes en termes d’équilibre des forces et surtout de jeu porté vers l’avant. Normal donc que les observateurs et fans du ballon rond s’attendaient à voir un record de buts ce samedi. Mais hélas, mille fois hélas ! Ces matches, qui devaient être offensifs et surtout ouverts, ont donné lieu à un spectacle fort peu reluisant pour ne pas dire morne, triste. 

En effet, c’est peu dire que d’affirmer que les six équipes engagées dans les matches ont été frileuses et ont manqué d’initiatives. De ce fait, les tirs cadrés ont été rares pour ne pas dire inexistants avec seulement huit tentatives cadrées sur l’ensemble des trois matches, soit 270 minutes selon les statistiques officielles de la Confédération africaine de football (CAF). Du jamais vu de mémoire de journaliste en phase finale de CAN. Le match phare du jour opposant le champion en titre, le Cameroun, et une équipe aussi joueuse qu’offensive comme le Ghana, n’a enregistré que quatre tirs cadrés, deux de part et d’autre tout comme celui opposant le Bénin à la Guinée Bissau. 

La palme du pire match depuis le début du tournoi est celui ayant opposé les Mourabitounes de Mauritanie aux Palancas Negras d’Angola. Tenez-vous bien, aucun tir cadré n’a été enregistré dans ce match pourtant assez ouvert entre deux équipes qui se connaissent pourtant bien pour avoir évolué dans le même groupe lors des éliminatoires de cette même compétition. De quoi porter un sérieux coup à la dynamique d’ensemble de ce début de compétition qui semblait bien parti pour battre des records avec une moyenne de 2, 25 buts par match à l’issue du premier tour de la phase de groupe ; un ratio qui était déjà bien loin du 1,6 but par match de la CAN 2013 ou du 1, 5 but par match de la CAN 2017.

Pourtant, la formule retenue pour cette édition devait en tout état de cause favoriser le jeu vers l’avant, le spectacle et surtout les buts comme on l’a vu depuis le 21 juin avec au moins cinq buts par jour. Osons toutefois espérer que cette journée fort peu prolifique –et c’est un euphémisme- ne soit qu’un accident de parcours et que le jeu et le spectacle tel qu’on le connait et tel qu’on sait le faire en Afrique reprennent le dessus !