Cameroun – Tour cycliste International :La Fecacyclisme annule la 3e étape du circuit

  • Publié : 29/05/2018 - 01:09 /
  • 134 /
  • 0 Commentaire


 

DU CAMEROUN:Marie Louise MAMGUE

Les pluies abondantes qui ont arrosée Douala, ce lundi, ont contraint la Fecacyclisme en accord avec l’UCI  à annuler   la 3e étape  du Tour cycliste internationale du Cameroun sur une distance   de 112,5 km.

« Du fait de la pluie,  en accord avec le commissaire de L'Union cycliste internationale (UCI) et conformément au règlement, nous avons décidé d’annuler purement et simplement cette étape. Rien ne change au classement général. Le détenteur du maillot jaune de la 2e étape le conserve. Les primes de cette épreuve  vont être additionnées  et seront reparties à tous les cyclistes qui ont pris le départ »,  a déclaré le président de la Fédération camerounaise de cyclisme, Honoré Yossi. Cette déclaration a mis un terme à la  troisième journée plutôt particulière  de la 15e édition du Tour Cycliste International du Cameroun. Alors que les coureurs amorçaient déjà les cinq derniers  des 15 tours, de la  3e étape, un   circuit fermé  de 112,5 Km,   une forte pluie s’est abattue sur la ville de Douala, rendant le parcours impraticable. « L’UCI a pris une bonne décision. Avec la pluie c’était trop dangereux.  Il y avait   de l’huile sur la route et c’était glissant », confie Michael Carlier, le coureur français du club de la Défense.  

Pour des raisons sécuritaires, la meilleure  solution pour les organisateurs a été de mettre les athlètes à l‘abri afin de  limiter les dégâts. Selon le président de la Fecacyclisme, plusieurs chutes ont été enregistrées et  près de 30 crevaisons en moins de 20 min.   « Nous avons bien commencé cette étape, malheureusement, la pluie nous a empêché de la finir. Mais le commissaire a pris la bonne décision, il y a avait déjà beaucoup d’athlètes  qui ne voyaient plus la route, une situation qui a causé beaucoup de chutes », déplore Clovis Kamzong Abessolo, capitaine du club camerounais de la SHN Velo Club de Yaoundé,  vainqueur de la première étape.

Selon la Fecacyclisme, le Tour  reprendra normalement ce mardi 29 mai 2018 avec la quatrième étape qui ira de Douala à Limbe dans la région du Sud-Ouest, sur une distance de 85,5 km. « Dans le monde du cyclisme il arrive très souvent ce genre  de situation.  Quand il pleut, pour des raisons de sécurité,  on préfère sécuriser les cyclistes pour éviter les dangers. Le  capitaine de l’équipe nationale du Cameroun tout comme  des athlètes rwandais ont chuté, même le maillot  jaune a connu des difficultés dans le parcours. Donc,  on ne pouvait pas continuer », dit- il. C’est la deuxième fois qu’une épreuve  du  Tour camerounais est annulée pour des raisons atmosphériques. Le premier incident a lieu  en  2015.

 

INTERVIEW

 Jacques Kuissi : « Les athlètes doivent faire travailler leur imagination »

Membre du comité d’organisation de l’édition 2018 du Tour Cycliste International du Cameroun, le  président de la Ligue régionale du Cyclisme pour le Littoral apprécie la prestation des athlètes Camerounais à cette compétition dont la 4e épreuve se déroulera ce mardi.

AFU : Rendu à la troisième étape de la compétition, comment  trouvez-vous le comportement des coureurs camerounais ?

Je pense que les gars ont réalisé une bonne prestation. Ils n’ont même pas encore réalisé la moitié de leur potentiel par rapport à la suite de la compétition. Je crois que le meilleur reste à venir. Ils sont conscients  qu’ils ont encore des efforts à fournir.  

AFU : Après la victoire de Clovis Kamzong Abessolo à la première étape, c’est un français qui a repris les rênes au terme de  la prochaine épreuve. Les Camerounais peuvent-ils rattraper ce retard ?

Nous devons mettre l’accent sur Martin Ngeh  Kwefi qui est le premier Camerounais  à 8 secondes du maillot jaune. Mais sans toutefois oublier les qualités de Kamzong Abessolo, parce que c’est un cycliste très motivé. Nous avons encore confiance en lui et ils sont au moins quatre dans le peloton qui ont encore la possibilité de faire la différence au niveau de la finition. Notamment, Kamzong Abessolo, Martin Ngeh  Kwefi, Ghislain Sikandi et le jeune Boris Tchientcheu de la SNH velo club. Ils vont rester en éveil, pour que les autres travaillent pour eux. Nous avons des athlètes de qualité. Les entraîneurs ont déjà repartis les tâches, pour que  la compétition soit bénéfique pour les deux équipes camerounaises.

AFU : Pensez- vous qu’un coureur camerounais a la capacité de  remporter  le maillot jaune de l’édition 2018?

Bien évidemment. Il faut toujours y croire. Par rapport aux pays qui ont eu à abandonner, les camerounais sont  encore au nombre de 12 dans le peloton. Ils ont encore des cartes à jouer et à chaque étape, ils prouvent qu’ils peuvent aller loin. Il revient  aux coaches de leurs donner chaque soir, des consignes. Les athlètes doivent respecter les consignes et faire travailler leur imagination en fonction de la réalité et des obstacles à affronter.

AFU : Quelles sont les équipes qui constituent une menace pour le Cameroun?

Je pense qu’il y a les Rwandais, l’équipe du club français de la défense et même les Ivoiriens qui ont un jeu constant. Ils veulent à tout prix récupérer le maillot jaune, ils ont essayé en vain lors de la 2é étape, mais ils sont capables d’aller au-delà de cette performance. Il faut faire attention à ces trois équipes, et même au reste du groupe parce qu’aucune équipe  n’est  venue  en ballade au Cameroun. Ils peuvent faire la différence à deux étapes de la fin.  

AFU : est-ce qu’un incident comme l’annulation de la 3e étape a un impact sur le morale des athlètes?

Je ne pense pas. C’est la nature qui a décidé et  quand c’est le cas, nous sommes conscients que ce  n’est pas  un problème humain. Je pense que les athlètes  sont conscients et travaillent sans tenir compte du fait qu’ils ont perdu une étape. En dehors de la pluie les athlètes affrontent les chutes, les crevaisons et autres,  donc, ça fait partie des  imprévus de la course.

Réalisé par M.L.M.

 
 
 
 
 
 
5 pièces jointes