Cameroun – Rugby à 7 Espoir de Yaoundé, vainqueur du tournoi national

  • Publié : 14/05/2018 - 21:03 /
  • 281 /
  • 0 Commentaire


Les clubs de Douala ont échoué à domicile face à cette formation de Yaoundé qui a cumulé plus de points, lors du deuxième tournoi national de rugby à 7 auquel ont participé sept clubs camerounais.

 

Du Cameroun : Marie Louise Mamgue

Heureux, Alexandre Gauche et ses coéquipiers d’Espoir rugby club  de Yaoundé hurlent  des mélodies dont ils sont les seuls à connaître les paroles. Ces chansons sont  accompagnées  des danses traditionnelles qui apportent de la chaleur au stade Jean Castel de Yassa,  un édifice  de renom à Douala, vétuste  et abandonné  faute de compétition.  Le  groupe déborde de joie ce samedi 12 mai 2018. Ce club de la capitale politique, Yaoundé,  a réussi à prendre sa revanche à Douala, la capitale économique, en remportant le trophée du deuxième tournoi national de Rugby à 7, qui était détenu  par son challenger Addax Rugby Club.  Le 3 mars dernier, Espoir  a perdu à domicile ce titre, en faveur d’Addax, qui s’est contenté cette fois-ci,  de la deuxième place.  « Nous sommes très contents, nous méritons cette victoire parce que nous avons spécialement préparé ce tournoi. Nous avons joué sur la stratégie devant des adversaires qualifiés et nous avons obtenu les résultats souhaités », se réjouit Alexandre Gauche, le capitaine du club vainqueur. 

Cette compétition est en effet la deuxième du genre, depuis le début de la saison à la Fédération Camerounaise de Rugby (Fecarugby), qui sort d’une léthargie de près de trois ans. « Ce tournoi entre dans le la cadre du programme de vulgarisation du rugby au Cameroun. Le  premier  s’est déroulé à Yaoundé, le deuxième à Douala,  le troisième et le dernier de la saison est prévu à Kribi. 7 clubs  régionaux participent à cette  compétition  dont l’objectif est de donner aux Camerounais et principalement aux rugbymen l’envie de pratiquer et d’encourager la pratique du rugby», explique Serges Enguene, le secrétaire général de la Fecarugby. 

Le Cameroun étant sous le coup d’une suspension internationale depuis 2016, à cause des divisions et querelles incessantes au sein de la Fecarugby,  les athlètes camerounais se contentent des tournois  nationaux pour  rester en activité. « La  situation actuelle du rugby au Cameroun avec la suspension au niveau international, est décourageant. Nous souhaitons que les choses changent, qu’il y ait de la stabilité. Nous voulons que le rugby renaisse, que le ministère de tutelle soutienne cette discipline », déplore Mirabeau Mbang, le capitaine de Yaoundé Université club de Rugby (Yuc), un  club mythique camerounais.

Formation

Selon Bernard Colins Mengue, l’entraîneur de cette formation créée en 1996 par un groupe d’universitaires, Yuc  a plusieurs fois remporté le championnat national et la Coupe du Cameroun. Il fait partie des meilleures équipes de rugby au Cameroun, avec Espoir de Yaoundé, Addax Rugby Club de Douala et autres. «  Le rugby connait  plusieurs problèmes qui  ne contribuent pas à son  développement. Il y a des défis majeurs à relever, notamment le manque de sponsor, du soutien du Rugby Afrique et mondial. Nous nous débrouillons malgré ces obstacles. Les clubs s’entrainent et ont la volonté de relever le niveau cette discipline au Cameroun.  Nous avons espoir que la sanction sera levée, pour que les jeunes continuent à rêver, à espérer participer aux tournois internationaux. Nous avons  une panoplie des joueurs camerounais qui évoluent à l’international, ce qui signifie qu’on travaille au Cameroun. Nous voulons améliorer notre niveau en participant aux compétitions internationales », souhaite Bernard Colins Mengue.       

En dehors des tournois nationaux, la fédération a organisé également le championnat national qui est encore en cours et est en train de préparer  des tournois régionaux dans les catégories sénior et junior, toujours dans le cadre sa politique de vulgarisation. « Chaque tournoi de rugby est une fête.  Nous constatons qu’il y a des progrès sur le plan technique. Les joueurs s’améliorent progressivement, ce qui rend les  compétitions plus rudes. Certes il y a des manquements au niveau de l’arbitrage, mais nous sommes en train de préparer les recyclages au niveau de la direction technique nationale (Dtn). La suspension du Cameroun ne nous permet pas de bénéficier des  formations  des arbitres au niveau international, donc, pour l’instant nous nous contentons des recyclages de la Dtn », souligne le président par intérim de la  Fecarugby, Marc Emmanuel Essono Mete. Il  précise par ailleurs  que les démarches ont été entreprises par le bureau provisoire, pour   que les  instances internationales de rugby allègent les sanctions qui pèsent sur le Cameroun.