CAMEROUN : LE CHANTIER DU STADE PAUL BIYA À L'ARRÊT!

  • Publié : 04/04/2019 - 16:13 /
  • 504 /
  • 0 Commentaire


Les travaux de cette infrastructure d’une capacité de 60 000 places, qui devait servir dans le cadre de la CAN 2019 retirée au Cameroun, sont suspendus depuis lundi dernier, en raison des problèmes liés aux financements.

Ce jeudi 4 mars 2019, sous un soleil caniculaire, le reporter d’AFU foule le site du stade Paul Biya situé au nord de Yaoundé la capitale camerounaise. C’est une après-midi plutôt calme dans ce vaste espace à perte de vue. Le chantier est clairsemé et orphelin de l’ambiance de travail qui y prévalait il y a quelques jours. Aucune trace d’ouvriers sur le chantier. Seuls quelques hommes vêtus de jaunes déambulent de part et d’autre. Ce sont des responsables de la sécurité, les seuls à être encore opérationnels sur le site depuis lundi dernier.

C’est en effet ce jour-là que la Direction générale de Gruppo Piccini, l’entreprise en charge de la construction du stade, a décidé d’une «interruption provisoire» d’activités sur le site, à suite des mouvements d’humeur à répétition de son personnel. «Ces mouvements ont eu comme élément initiateur, un petit retard de salaires, mais qui aujourd’hui est réglé. On a payés hier (mercredi 3 avril 2019, NDLR) les salaires. Ce n’est pas réglé à 100% parce qu’il y a le salaire du mois de mars qui est encore en cours de règlement. L’origine, c’est effectivement le retard qu’il y a eu, d’un mois de salaire», indique le Contrôleur de projet, le Français Benoît Fabre.  

L’entreprise italienne fait fasse à des tensions de trésorerie, qui ont contribué à ralentir le rythme des travaux sur le chantier depuis décembre 2018. Elle a engagé certaines dépenses dans le transport des matériaux en provenance de l’Italie, qui ont impacté sur ses prévisions et ont créé un nouvel avenant. Du coup, Piccini souhaite recouvrir cette somme qui s’élève à des dizaines de milliards de FCFA, avant de pouvoir relancer les travaux «lundi [8 avril 2019, NLDR] très probablement». «On a payé toutes ces choses qui n’ont pas encore été remboursées. Et donc, on se retrouve à sec. On a demandé au gouvernement [camerounais] de nous aider à renflouer la trésorerie afin qu’on puisse terminer les chantiers», poursuit-il.

Par conséquent, l’entreprise n’a pas pu livrer le stade à l’échéance du 31 mars 2019 comme initialement annoncé. Elle croit cependant pouvoir le faire dans les quatre prochains mois, si cette question de financements est réglée à temps, et que le rythme de travail est accéléré comme avant l’annonce du retrait de la CAN 2019 au Cameroun.

Le stade est réalisé à près de 70%, et il ne reste plus que des travaux de finition à peaufiner, la superstructure de l’aire de jeu et son engazonnement, la façade du stade, et les lots technologiques.