Cameroun / Athlétisme : Les élèves, l’espoir de la relève du saut en hauteur

  • Publié : 24/05/2018 - 00:52 /
  • 289 /
  • 0 Commentaire


Une compétition réservée exclusivement aux élèves du secondaire, baptisé le « High Jump School Contest » s’est déroulée à Douala dans le but de détecter des jeunes talents du saut en hauteur dans les établissements scolaires.

 

Du Cameroun :Marie Louise Mamgue

Jennifer Moundiki  élève au collège de La Salle à Douala, dans la capitale économique du Cameroun,  est la championne du saut en hauteur féminin de la première édition de « High Jump School Contest ». Cette passionnée du saut  a réalisé une performance d’1m20. Elle a été plus haute que  Rekiatou Yaou (1m40) et (Cécile Onana Zengue) du Lycée de Bonjongo (1m35). Chez les hommes, Delmas Poutchoko  du Lycée d'Oyack est le premier   avec un saut d’ 1m80. Il est suivi de  Makiguchi Fongo (1m80) et  Hans Fomat (1m75). Ces jeunes sauteurs  sont à leur  première expérience en dehors du cadre scolaire.  Informés du déroulement de de cette compétition au complexe sportif du lycée bilingue de Bonaberie, dans l’arrondissement de Douala 5e,  leur passion  pour  cette  épreuve d’athlétisme, les a poussé à y participer. Certains, par contre ont été  motivés par leur enseignant de l’éducation physique, parce qu’ils ont décelé en eux  des prédispositions  d’un sauteur.

L'enjeu pour ces athlètes, est de bénéficier d'un encadrement professionnel.   Ces   pépites  ignorent en effet,  pour la plupart, le règlement de cette discipline sportive. Pour bon  nombre  parmi eux, le  saut en hauteur n’était jusqu’alors, qu’une passion. Pour réaliser leur rêve de devenir  professionnel, ils  sont conscients qu'ils doivent assimilés l’ensemble des règlements qui régissent ce sport. C’est d’ailleurs l’un des objectifs visés par Yves  Désiré Ekwalla le  promoteur  de cette compétition, baptisée « High Jump School Contest ». En plus de détecter des futurs sauteurs, il entend familiariser ces athlètes avec les contraintes du milieu professionnel. « High jump school contest est un événement privé placé sous l'égide de La Ligue Régionale d'Athlétisme du Littoral. C’est une tribune de détection qu'une compétition », explique-t-il.

Les athlètes vieillissants

Encore très peu développé et moins pratiqué au Cameroun,  Yves  Désiré Ekwalla milite pour la promotion et la pratique du saut-hauteur. Son initiative permettra de fournir  à la Fédération camerounaise d’athlétisme, des talents qui  pourront  assurer la relève et hisser le drapeau camerounais au sommet du monde, comme  le sauteur  camerounais de  28 ans, Fernand Djoumessi Temfack,  qui a remporté la médaille d'argent aux Jeux de la Francophonie 2017. « De  ma pauvre et petite analyse, il ressort que nos clubs et équipes sont truffés d'athlètes vieillissants, civilement et/ou sportivement, auxquels l'on ne greffe pas de jeunes, car aucune politique véritable de relève n'existe, bien que l'on contente des copains en leur confiant des coquilles vides appelées « commissions jeunes ». Ma pierre à cet édifice est  la résurrection,  la relève, à travers un challenge de saut en hauteur exclusivement réservé aux élèves du secondaire », précise ce passionné d’athlétisme.

Les  meilleurs athlètes dames et messieurs, participeront à un camp de vacances durant la période estivale sous la houlette des entraineurs nationaux de la Fédération Camerounaise d'Athlétisme et seront suivis durant deux à trois ans.