CAF : AHMAD AHMAD ACCUSÉ DE CORRUPTION !

  • 0 Commentaire
Le président de la Confédération africaine de football est indexé par son ancien secrétaire général, l’Egyptien Amr Fahmy, dans une affaire de pots-de-vin, et de harcèlement sexuel.

Une épée de Damoclès pend sur la tête du président de la CAF, le Malgache Ahmad Ahmad. Il est accusé de corruption et de harcèlement sexuel par l’ex secrétaire de la CAF, l’Egyptien Amr Fahmy, limogé jeudi dernier après une réunion du Comité exécutif de la confédération au Caire. Même si la raison officielle de sa mise à l’écart n’a pas été donnée, et que plusieurs medias sur le continent ont évoqué des soucis de santé, le media britannique Reuters croit savoir que cette décision a été prise à la suite d’une dénonciation de pratiques peu orthodoxes impliquant la responsabilité du président de la CAF.

Nos confrères révèlent que le 31 mars dernier, Fahmy a transmis des documents à la Commission d’éthique de la Fifa, dans lesquels Ahmad lui ordonnait le versement des pots-de-vin de près de 20 000 dollars US, sur les comptes de certaines fédérations africaines, en l’occurrence celle du Cap Vert et de la Tanzanie. Il aurait également ordonné le décaissement de 830 000 dollars US pour l’acquisition d’équipements, via une compagnie française dénommée «Tactical Steel».

En outre, il aurait dépensé autour de 400 000 dollars US, pour l’achat de véhicules en Egypte et à Madagascar, où il a fait aménager des bureaux. Ahmad Ahmad est également accusé de harcèlement sexuel sur quatre femmes en service au sein de la confédération, et de manœuvrer pour accroitre la représentativité marocaine au sein de l’instance du football africain, en violation des statuts de la CAF.

Ce sont ces griefs qui auraient coûté son poste de secrétaire général à Amr Fahmy, qui a été remplacé par le Marocain Mouad Hajji. Pour l’heure, ni la Fifa, ni la CAF, encore moins les autres entités citées dans ce scandale, n’ont accepté de réagir selon Reuters. Et si cette accusation était fondée, il va sans dire que le président de la Fifa, Gianni Infantino, serait plongé dans un véritable dilemme, lui qui marche bras dessus bras dessous avec Ahmad Ahmad et en a fait son préféré parmi les présidents de confédérations.

Quoiqu’il en soit, la Commission d’éthique de la Fifa devra enquêter sur ces accusations, et si la culpabilité du président de la CAF est établie, il sera frappé, qu’importe sa proximité avec Infantino. Cette affaire éclate au moment où la Commission d’éthique vient de bannir à vie l’ancien président de la Fédération brésilienne de football, José Maria Marin, de toutes activités liées au football, pour des faits similaires.

Publier un commentaire

Commentaires