Arbitrage africain : Al-Ahly (Egypte) dépose plainte auprès de la CAF

  • Publié : 01/12/2019 - 22:58 /
  • 104 /
  • 0 Commentaire


Le Conseil d'administration du club égyptien Al-Ahly a eu recours, comme à son habitude, à des méthodes légitimes pour obtenir ses droits. C’est ainsi qu’il a déposé ce dimanche une plainte auprès de la Confédération africaine de football (CAF) contre les erreurs d'arbitrage évidentes et inacceptables constatées lors des compétitions de la CAF, notamment les actions de l'arbitre Joshua Bondo, qui a géré le match entre Al-Ahly et l'Etoile Sahel, à Rades à Tunis (1-0).

 

L'arbitre a commis plusieurs erreurs qui ont directement affecté le résultat du match lorsqu'il a expulsé le défenseur d'Al Ahly Ayman Ashraf 12 minutes seulement après le début du match, indique la même source. Il ne méritait pas l'expulsion conformément aux dispositions de la loi. Il a également ignoré l'absence de pénalité correcte pour Al Ahly lorsque le ballon a touché le bras d'un des défenseurs de l'étoile du Sahel à l'intérieur de la surface de réparation de son équipe. L'arbitre a perdu beaucoup de temps réglementaire pour le match car il n'a délibérément pas calculé de temps additionnel pour remplacer le temps perdu lors des remplacements des deux équipes et des blessures de nombreux joueurs. Le match s’arrêta pour des disputes qui se produisaient de temps en temps.Pour le Conseil d’administration du Ahly, l’arbitre n’offrait pas la protection légale aux joueurs à l’intérieur du stade et au personnel technique et administratif à l’extérieur du stade. Le club a souligné que la série d'erreurs d'arbitrage se répétait souvent avec Al-Ahly. À l'issue de sa plainte, Al-Ahly a indiqué qu’il a confiance dans l'équité de la Confédération africaine de football et son désir de réformer le système d'arbitrage afin de préserver les droits de tous les clubs participant aux championnats d'Afrique. C’est alors que le Conseil d’administration du club égyptien a demandé d’accepter quatre propositions dont la nécessité du recours à la technologie du "VAR" à diverses étapes des championnats d'Afrique à compter de la saison en cours, d'autant plus que cette technologie est devenue l'une des dispositions de la loi sur le jeu et ne peut être ignorée.

Il a demandé à ne pas réitérer la nomination des mêmes arbitres pour les mêmes équipes dans le même tournoi. Les arbitres choisis doivent être expérimentés et doivent s’engager à la neutralité dans des matchs à enjeux, d’autant plus que les mêmes erreurs se répètent à chaque crise sans justification claire.

 

Et pour conclure Al-Ahly a affirmé son soutien total aux mesures positives prises par la CAF pour promouvoir le football africain, y compris le système d'arbitrage.