Algérie: Belmadi et la problématique du manque d'efficacité

  • Publié : 11/09/2019 - 12:45 /
  • 92 /
  • 0 Commentaire


D’aucunes reconnaissent que les joueurs de la sélection algérienne de football, champions d’Afrique, développent un très bon jeu collectif, basé sur la solidarité du groupe et la bonne entente, mais force est de reconnaitre que Djamel Belmadi doit régler un problème récurrent du manque d’efficacité des Verts.

 

Depuis avant la phase finale de la Coupe d’Afrique, les joueurs du sélectionneur Djamel Belmadi développe un jeu très ouvert en se procurant, surtout, beaucoup d’occasions de buts. Mais, question concrétisation, Bounedjah, Slimani et leurs coéquipiers en sélection manquent cruellement d’efficacité. Et le dernier match des Verts, qui est d’ailleurs, le premier depuis qu’ils sont champions d’Afrique vient, une fois de plus montrer ce manque cruel de réalisme.

Du côté des ailes, Attal, Bensebaini et autres Mahrez et Feghouli réussissent bien à créer de belles occasions pour les deux « buteurs » Bounedjah et Slimani, par la suite, mais, point de concrétisation pour ces deux derniers. Ceci, pour évoquer ceux sensés justement terminer le boulot des « constructeurs » des attaques. Or, même les autres joueurs, ratent plusieurs occasions de buts et c’est une tare qu’il faut nécessairement régler au plus vite. Jouer, une Coupe du monde par exemple, ne serait certainement pas la même chose qu’une phase finale de Coupe d’Afrique des Nations. Face à des sélections telles, l’Allemagne, les Pays-Bas ou encore, la France, à titre d’exemple, pour ne citer que des « européens », on ne rate pas autant d’occasions que les Verts.

Bounedjah et Slimani, par exemple, ont raté, à eux seuls, pas moins de 9 buts : sept pour Bounedjah et deux pour Slimani. Ce dernier s’est d’ailleurs pris par deux fois pour marquer le penalty, avant de bien le faire après que l’arbitre ait sanctionner le gardien de but béninois qui a enfreint la règle d’un tel coupe de pied de réparation.

D’ailleurs, le sélectionneur des Verts, Djamel Belmad, lui-même reconnait cette tare de l’inefficacité de ses joueurs. « Quand on crée des occasions, il faut les mettre au fond.  Nous avons des joueurs très au-dessus de la moyenne. Mais, nous nous sommes précipités dans les derniers gestes. Il faut être très précis et surtout concentré dans la surface car l’action n’est pas terminée. Il faut plus de concentration et d’application. », reconnait Belmadi. Il explique bien en donnant l’exemple du Bénin en indiquant que les Béninois ont fait mal au Maroc en CAN  et dernièrement à la Côte d’Ivoire. « Dans l’ensemble, nous étions compacts, mais on doit travailler nos automatismes offensifs » déclare-t-il encore.

Belmadi a ajouté que « Notre équipe a eu un bon rendement et elle s'est procurée un grand nombre d'occasions, aussi bien en première mi-temps qu'en deuxième, faisant que le score aurait pu être beaucoup plus lourd. Malheureusement, la réussite n'était pas au rendez-vous. Je pense que c'est le seul point sur lequel nous devons nous pencher à l'avenir, car pour le reste, tout semble aller pour le mieux : Nous sommes toujours aussi solides derrière, le ballon circule bien et nous parvenons à nous procurer un grand nombre d'occasions. Donc, ce qui nous manque, c'est un peu plus d’efficacité devant, » a conclu le sélectionneur de l’Equipe nationale algérienne.