Les Diables Rouges de Belgique

Mondial Qatar 2022 : La Belgique n’envisage pas un boycott de la compétition

Publié le : / Par

Après qu’une enquête du média Britannique The Guardian ait révélé un important décès des travailleurs sur certains sites, plusieurs voix se sont élevées pour appeler au boycott de la Coupe du Monde 2022. A quelques jours des éliminatoires de la Coupe du monde zone Europe, la Fédération Belge n’entend pas s’aligner sur cet appel du pied.

Depuis 2010, le Qatar a officiellement reçu l’attribution du mondial 2022. Ainsi, depuis le démarrage des travaux pour la construction des stades devant abriter les différents matchs, près de 6500 personnes ont perdu la vie. Un événement plus que malheureux qui a interpellé certaines organisations voir des clubs à réagir. Au nombre de ces appels au boycott, se trouve le club de Tromsø IL. Ce petit club Norvégien a adressé une lettre à sa Fédération lui demandant de boycotter le mondial compte tenu de ces morts et des conditions inhumaines dans lesquelles végètent les travailleurs.

Interrogé ce mardi 16 mars à son tour sur la question d’un boycott, l’Union Belge de Football a indiqué qu’elle n’envisage pas un boycott du Mondial qui sera organisé au Qatar. Elle estime que le football peut jouer un rôle de levier du changement

 »Le Qatar va attirer de plus en plus l’attention dans le cadre de la Coupe du Monde jusqu’à la fin de l’année 2022. L’URBSFA souhaite mettre à profit cette attention pour ouvrir la voie à d’autres réformes », a-t-elle confiée avant de poursuivre.  »Les organisations de défense des droits de l’homme estiment que ce n’est pas une bonne idée. Les ouvriers en seraient les principales victimes. Ils perdraient leurs revenus et devraient retourner dans leur pays d’origine »

 »Bien que la situation des ouvriers immigrés soit loin d’être idéale, les organisations de défense des droits de l’homme reconnaissent que le Qatar est le seul pays de la région du Golf à avoir introduit de réelles réformes dans sa législation »

La Fédération Belge espère que le dossier sera suivi afin que les responsabilités soient situées. Aussi, elle invite la FIFA à veiller à cette situation en publiant des rapports à intervalles réguliers.

L’Union Belge qui n’entend pas boycotter le mondial pense que le football est un facteur de résolution des problèmes d’ordre sociétal :  »Bien que le football ne puisse pas résoudre seul les problèmes d’ordre sociétal, il a le pouvoir de faire bouger les choses » a conclu la Fédération Belge.

Pour rappel, la Belgique démarre sa campagne des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 contre les Pays de Galles (24 mars), la République Tchèque (27 mars) et la Biélorussie (30 mars).