MONDIAL : LE VAR , LA TRICHERIE DES GRANDS

MONDIAL : LE VAR , LA TRICHERIE DES GRANDS

Publié le : / Par

 

Par Moya Dia

Au moment d’aborder le second tour du Mondial-2018, personne n’est en mesure de savoir quel autre numéro nous sortira le VAR. Tant son observation a suscité des controverses énormes. Lors de la phase de poule, plusieurs sélections, la plupart venant d’Afrique se sont senties lésées. C’est le cas du Maroc. Hervé Renard et ses poulains ont précocement été éliminés dès le premier tour avec une grosse erreur d’arbitrage lors de ses deux derniers matchs. Les Lions de l’Atlas ont volontairement été privés de 2 voire 3 penalty lors de ses rencontres. C’est avec un gout amer contre le VAR que les marocains ont regagné Casablanca « A la base, je suis contre la vidéo. Mais quand on te baratine pendant tout le rassemblement sur la VAR… Au final, elle n’a servi que pour les grandes équipes » a pesté le Younès Belhanda. Éviter l’injustice est sa principale vocation. Loin de comprendre cela, Hervé Renard lui est très amer « Nous sommes énervés pour un jaune que Piqué n’a pas pris. Ensuite, je ne ferai qu’une remarque : sur le but de l’égalisation, le ballon sort d’un côté et le corner est joué de l’autre. C’est une erreur d’arbitrage monstrueuse. J’ai été poser la question aux arbitres en fin de match, mais leur porte était fermée et on ne m’a pas répondu. Arbitrer n’est pas facile. J’ai déjà dit ce que j’avais à dire » a lâché l’entraineur français du Maroc. 

Au-delà du Maroc, c’est toute l’Afrique du football qui a été frustrée par l’Assistance vidéo aux arbitres. L’opposition Argentine – Nigéria est une preuve palpable du vol dont le continent a été victime. La faute de main de Marcus Rojo est évidente. L’arbitre de la rencontre Cüneyt Çakir n’était pas sûr on suppose. Après un recourt à la vidéo, il décide de ne pas accorder le penalty qui était pourtant évident. La suite on l’a connue. Le Nigéria sera out quelques minutes après. 

Et que dire du Sénégal. Il a manqué aux Lions sénégalais très peu de chose pour se hisser en huitième. Alors qu’ils avaient la maitrise des débats face à la Colombie, Sadio est fauché par Sanchez au cœur de la surface colombienne. Milorad Mažić choisit de ne pas siffler penalty après visionnage de l’action. Certes les équipes africaines ont beaucoup trop pêché peut-être sur des détails. Mais ce nouvel acteur du football en l’occurrence le VAR n’a pas été tendre pour l’Afrique. Loin de lui demander de l’être, les équipes africaines ont tout juste voulu qu’il soit équitable. 

Le VAR ne va pas bien. Si il l’était, Cristiano Ronaldo aurait écopé d’un carton rouge lors de son dernier match face à l’Iran. Au duel avec Morteza Pouraliganji, le portugais met un coup de coude à l’Iranien. Après visionnage, il est sanctionné que d’un carton jaune. La règle est pourtant bien claire, un geste pareil, c’est carton rouge direct. Trop de malentendus, trop d’injustice. Pour l’instant cette révolution d’Infantino est totalement à côté de la plaque.

 Les « petits pays », qui en ont été victimes continuent de se mordre les doigts tant ils se sont fait bernés. Ça ressemble grandement à celà.