Mondial 2022

Mondial 2022 : Une omelette à l’arrière-goût d’un nectar ?

Publié le : / Par

Nous sommes encore loin du début du Mondial Qatar 2022, et de la fin des travaux de construction des infrastructures, mais les conséquences en termes de mort sont énormes. Les chiffres annoncés par The Guardian dépassent l’entendement. Plus de 10 personnes seraient tuées par semaine au Qatar sur les différents chantiers en cours dans le cadre des travaux en exécution depuis 2010, dont la plupart est pour le compte de la messe mondiale du football.

Mondial 2022 3 Mondial 2022 : Une omelette à l’arrière-goût d’un nectar ?

Très tôt, la liesse populaire et la joie suscitées par l’organisation du Mondial 2022 par le Qatar aura laissé un arrière-goût aux ouvriers sur les différents chantiers. A l’image d’un nectar, l’organisation de cette messe du football planétaire écœure par sa propre douceur, en tout cas à en croire The Guardian.

Au début de cette histoire, la FIFA était loin de se douter qu’elle creuserait de manière involontaire la tombe de milliers d’ouvriers. 6 500, c’est le chiffre ahurissant qu’a publié le quotidien anglais The Guardian le mardi 23 février 2021, résultat de son enquête du nombre de personnes ‘’consommé’’ par plusieurs chantiers dont les chantiers ayant trait au Mondial Qatar 2022.

Mondial 2022 2 Mondial 2022 : Une omelette à l’arrière-goût d’un nectar ?

Si l’on était certain que la prochaine Coupe du Monde était celle de tous les défis, l’on était très loin de se douter qu’elle serait à l’origine d’une série de tuerie, d’une hécatombe. Selon The Guardian, plusieurs ouvriers étrangers seraient décédés en raison des chantiers en cours au Qatar dans le cadre du Mondial 2022. Chaleur intense, chutes et insuffisances cardiaques, accidents de travail etc, sont entre autres raisons du décès de ces nombreux migrants.

Selon le recoupement fait par le journal britannique, les pays dont les ressortissants sont touchés sont originaires d’Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh et du Sri Lanka. Ces informations venant des données récoltées et compilées auprès des autorités du Sri Lanka, du Népal, du Bangladesh, de l’Inde ou encore du Pakistan.

Ces chiffres pourraient être encore plus importants si d’autres pays ayant leurs ressortissants sur ces chantiers avaient aussi communiqué le nombre de décès liés à leurs nations. On pense notamment aux Philippines ou au Kenya.

Face à cette situation, les autorités qataries n’ont reconnu que 37 décès de migrants liés aux chantiers du Mondial. Il y a quand même un large fossé entre 6500 et 37. Pour appuyer la position du pays hôte, la FIFA, par la voix de son porte-parole, avance : « Avec les mesures de santé et de sécurité très strictes sur le site, la fréquence des accidents sur les chantiers de la Coupe du monde de la FIFA a été faible par rapport à d’autres grands projets de construction dans le monde ».

Toutefois, il est également à noter que d’autres organismes à vocation internationale dont des ONG avaient donné de la voix pour dénoncer le massacre qui se faisait.