Mohand Chérif Hannachi : Un président aux 12 titres

Mohand Chérif Hannachi : Un président aux 12 titres

Publié le : / Par

Il est un des présidents de clubs les plus titrés dans le monde du football.

Dans nos recherches, nous n’avons pu trouver un président de club ayant obtenu autant de titres dans sa carrière que ne l’avait fait Mohand Chérif Hannachi le président de la JSK décédé le vendredi 13 novembre à l’hôpital militaire de Ain-Naadja à Alger à l’âge de 70 ans (né le 02.04.1950 au village de Ighil Tazart dans la commune de l’ex Fort National). En effet dans nos recherches aucun président n’a été aussi présent dans la consécration que ne le fut Hannachi. Il a remporté pratiquement tous les titres mis en jeu en Algérie et sur le continent. Comme joueur d’abord au poste axial au sein de la défense de la JSK avec trois titres de champions (1973, 1974, 1977 ), une coupe d’Algérie ( 1977 année du doublé) puis en tant que dirigeant quatre titres de champion d’Algérie (1995, 2004, 2006 et 2008), deux coupes d’Algérie (1994 et 2011), une coupe des champions d’Afrique 1991, une coupe des coupes d’Afrique ( 1995) et trois coupes de la CAF (2000-2001 et 2002).

Outre cet éloquent palmarès, en terme de longévité à la tête du club, il n’est dépassé que par le Tunisien Chedly Zouiten le charismatique président de l’ESTunis et le Camerounais Issa Hayatou à la CAF. En effet le président des sang et or de la capitale Tunisienne est resté à la tête du Taraji 33 ans longues années (1930-1963) alors que l’empereur du football africain a trôné sur la CAF 29 ans contre 24 ans pour le défunt président de la JSK (1993-2017). Soit autant que l’emblématique président de la FIFA le Brésilien Joao Havelange (1974-1998) surnommé « Tricky Ricky » C’est dire qu’il a évolué dans la cour des grands ce qui lui a valu la reconnaissance même de FIFA l’instance internationale de football et de son président Gianni Infantino qui a adressé un émouvant message de condoléances à sa famille.

Hannachi est donc né le 02.04.1950 au village de Ighil Tazart dans la commune de l’ex Fort National sur les hauteurs de la Kabylie. Il a fréquenté toutes les catégories de la JSK dès 1964 sans qu’il n’ait vraiment à marquer les esprits au sein du club comme l’avait fait son ainé Fodil. Mais c’est au lendemain des inter-quartiers à la fin des années soixante qu’il a été révélé au monde du football réellement puisque c’est là qu’il s’est aguerri réellement. C’est ainsi qu’il avait intégré l’équipe première lors de la saison 1969/1970. L’équipe était dirigée par feu Abdelaziz Bentifour. C’est au milieu de la phase retour qu’il avait été intégré à la place de Mustapha Rafai sorti pour blessure face à l’USMBA en demi- tournant (N°8).

Il continuera à porter les couleurs de la JSK jusqu’à 1978. Son dernier match le fût le 23 septembre 1978 contre le Vita-club en coupe des champions à Kinshasa où la JSK avait été éliminée sur le total des deux matches (3-2 et 0-1). Soit avant même l’entame de la nouvelle saison. Il reste que comme joueur, il avait prêté main forte à l’autre équipe de la ville de Tizi-Ouzou, l’ASTO, qui avait joué au début des années 80 l’accession en division régionale. D’ailleurs, il avait définitivement raccroché après que cette formation Tizi-Ouzienne avait raté ses matches de barrage au Stade de Thénia face à la JSEl Biar et le NADI Casoral et à Ksar el Boukhari face à Djelfa.

Il avait par la suite intégré le staff administratif comme simple dirigeant avant de prendre en charge les destinées de la section football puis carrément la présidence de la JSK à partir de 1993. Il est resté à la tête de la JSK d’abord comme président du CSA puis comme PDG de la SSPA/JSK jusqu’en 2017 où il a été remplacé par l’actuel président Chérif Mellal. Hannachi a donc pris part pratiquement à tous les titres remportés par la JSK. Et ce comme on l’avait dit plus haut d’abord en tant que joueur avec trois titres de champions (1973, 1974, 1977 ), une coupe d’Algérie ( 1977 année du doublé) puis en tant que dirigeant quatre titres de champion d’Algérie (1995, 2004, 2006 et 2008), deux coupes d’Algérie (1994 et 2011), une coupe des champions d’Afrique 1991, une coupe des coupes d’Afrique ( 1995) et trois coupes de la CAF (2000-2001 et 2002). Son seul regret est de ne pas avoir été champion d’Afrique d’abord en tant que joueur puisqu’il n’était plus dans l’effectif de l’équipe de 1981 sous le règne de Khalef puis en tant que président où il n’avait atteint les ½ finale en 2010 face au futur vainqueur de l’édition le TP Mazembé de la RDC.