Alfredo Morelos

Mercato : Alfredo Morelos serait une bonne affaire pour le FC Porto selon Bruno Alves

Publié le : / Par

Alfredo Morelos est l’une des cibles prioritaires du FC Porto. Le club portugais serait même disposé à payer les 23 millions d’euros demandés par les Glasgow Rangers pour l’avoir. Ce qui est vu comme une bonne opération par Bruno Alves, ancien coéquipier du Colombien en Ecosse.

En quête d’un remplaçant crédible pour pallier le départ du Malien Moussa Marega, le FC Porto mise sur Alfredo Morelos. L’attaquant colombien des Glasgow Rangers est évalué à environ 23 millions d’euros. Une valeur en déphasage avec le talent du joueur estime Bruno Alves. « Au vu de sa qualité et de ce qu’il a fait ces dernières années, je dirais qu’environ 23 millions d’euros c’est peu. Je sais que c’est quand même beaucoup d’argent à payer pour le FC Porto, mais quand on veut ce genre de qualité, c’est ce qu’il faut payer. C’est le juste prix pour lui maintenant », a déclaré le Portugais.

Signer Morelos est une aubaine que les Dragons ne doivent pas manquer souligne Alves. « Si le FC Porto veut l’acheter, ils doivent payer, car c’est un joueur très précieux et il est sélectionné par la Colombie. Sur le marché mondial actuel, 23 millions, ce n’est pas beaucoup, mais pour le FC Porto, c’est le cas. Ils paient autant que Benfica, par exemple. Ce sont des clubs avec des stratégies différentes. Le FC Porto pense toujours à une stratégie de vente et de valorisation. Maintenant je n’y suis pas, je ne sais pas quelle est la stratégie de transfert, mais s’ils paient ce montant c’est parce qu’ils pensent que ça vaut le coup », a-t-il poursuivi.

Pour l’ancien partenaire de l’attaquant colombien, Morelos ne devrait pas avoir du mal à vite s’intégrer chez les Bleu et Blanc. « J’ai joué avec lui et je sais que je suis sûr qu’il saura s’adapter rapidement au FC Porto. Ce n’était pas facile de jouer en Écosse car il y avait aussi une barrière linguistique. Il est difficile pour un jeune joueur de s’adapter, mais dans un environnement où l’on parle portugais et espagnol, il sera plus à l’aise. Il est heureux en Écosse, donc s’il déménage, ce sera dans un endroit où il pourra continuer à être heureux», a-t-il conclu.