Martin Ndtoungou Mpile

Martin Ndtoungou Mpile : « Face à la RDC, nous serons au top »

Publié le : / Par

Le  sélectionneur des Lions indomptables A’ était en conférence de presse ce vendredi 29 janvier 2021 au matin au stade de Japoma. Il a abordé plusieurs sujets relatifs au match des quarts de finale prévu samedi face à la RDC. Le technicien camerounais a notamment évoqué la préparation de son équipe, l’ambiance générale dans le groupe et des objectifs fixés pour cette rencontre.

Comment entendez-vous aborder le match ?

Je pense que lorsqu’on atteint ce niveau de compétition, on ne réfléchit pas beaucoup, on sait que c’est un quart de finale, c’est un seul match, il faut le gagner, on est à la maison. On se prépare en conséquence. On a en face la RDC que nous avons eu à rencontrer plusieurs fois… On se prépare très sérieusement et on doit tout faire pour ne pas passer à côté de ce match. A 24 heures du coup d’envoi, on se sent prêt.

Est-ce que votre groupe connaitra des réajustements ?

Je crois que si vous observez bien, le socle de l’équipe demain, l’ossature est là. Au fur et à mesure qu’on a  joué, il y a eu un ajustement, avec généralement un ou deux joueurs, maximum trois. Par rapport aux matches qui se suivent, on essaie de réajuster lorsqu’on estime que certains éléments n’ont pas entièrement donné satisfaction. Je pense qu’on a l’ossature qu’il faut mais chaque fois qu’on observe qu’il y a quelque chose qui ne marche pas, on réajuste.

Comment jugez-vous l’engouement du public pour ce match, est-ce que cela ne vous met pas davantage de pression ?

C’est positif qu’il y ait un engouement, le public soutient son équipe mais de l’autre côté, il y a une pression naturelle au niveau de l’entraineur, au niveau des joueurs. Mais généralement, cette pression baisse lorsque le coup d’envoi est lancé  et quand on est déjà dans le match. Pour le moment, on est tranquille, on essaie de mettre tous les derniers arrangements pour amener les joueurs au top pour rentrer sereinement dans le match. La pression baisse au fur et à mesure que les minutes s’égrènent.

Le Cameroun n’a jamais atteint la demi-finale du CHAN. Il affronte la RDC qui en est deux fois vainqueur. N’est-ce pas une réalité qui vous effraie ?

Les compétitions sont différentes les unes et les autres. Comme je l’ai dit tout à l’heure, on a eu à rencontrer la RDC plusieurs fois. Mais aujourd’hui, la réalité est toute autre. Le Cameroun joue les quarts de finale à la maison avec toutes ses forces, avec toute sa sérénité. Je pense que le scénario sera complètement différent parce que l’état d’esprit qui anime l’équipe aujourd’hui fait en sorte qu’on puisse être prêt, au top pour affronter la RDC. Je me dis que moralement, le Cameroun est prêt pour défendre sa position à ce quart de finale.

N’est-ce pas un gâchis que d’avoir retenu des joueurs tels que : Jacques Zoua et Yannick Ndjeng sans leur donner suffisamment de temps de jeu ? Et concernant Serge Andoulo, quelles sont les dernières nouvelles ?

Je ne pense pas que le fait d’avoir des joueurs tels que Jacques Zoua et Ndjeng sans les utiliser n’est pas un gâchis parce que lorsqu’on va à une compétition comme celle-ci, on se dit qu’il y a six matches. Il faut pouvoir gérer les six matches avec un effectif bien défini. On est au quatrième match, il n’est pas tard pour que les autres qui n’ont pas foulé le terrain soit aligné. J’ai utilisé à peu près 17 à 18 joueurs de façon permanente mais il n’est pas exclu que pour la suite de la compétition, ceux que vous avez cités là puissent rentrer dans l’équipe qui va jouer. Concernant Andoulo, il a eu une rupture partielle des ligaments internes, les médecins parlent d’un mois de repos et de soins. Ce n’est pas très grave mais je crois qu’il va retrouver les stades d’ici un mois.

Quelle est  la situation concernant la Covid-19 au sein de votre équipe ?

Jusqu’à présent, les derniers résultats que nous avons reçus sur la situation Covid sont très favorables Nous n’avons reçu pour le moment aucun cas Covid.

Quelle sera selon vous,  la clé de cette rencontre face à la RDC ?

Vous savez, on ne peut pas prédire ce qui va arriver. Les forces se mettent en présence et chacun essaie de prendre le dessus. Au fur et à mesure que le match va se dérouler, on verra toutes les péripéties, toutes les phases de ce match mais comme je vous l’ai dit, nous voulons prendre totalement le match, il faut qu’on se donne le maximum de chance de l’emporter.

Concernant les primes au sein de l’équipe, peut-on dire que tout est OK ?

Dans notre environnement, quand il y a des problèmes de primes, ça ne tarde pas. Si jusqu’à présent, il n’y a pas de problème de primes, ça signifie que de ce côté-là, tout se passe bien, chez nous, ça ne se cache jamais.

Qu’est-ce qui justifie  l’absence de Jacques Zoua, votre capitaine à cette conférence de presse ?

Banga est capitaine également. Il y a trois capitaines dans mon équipe, on m’a demandé de choisir un joueur, et j’ai jeté mon dévolu sur Banga.